skip to Main Content
Un Voyage Européen #85 – Erfurt (Allemagne)

Un Voyage européen #85 – Erfurt (Allemagne)

Séries d'articles : Allemagne

La Réforme protestante était bien plus qu’une querelle théologique autour de la doctrine du salut. En fait, elle secoua les fondations mêmes des universités médiévales. Une visite de l’université d’Erfurt, où Martin Luther étudia, nous aidera à découvrir comment cela fut possible.

Alors que nous continuons à marcher sur les traces de Martin Luther, nous visiterons aujourd’hui la ville d’Erfurt, dans la région de Thuringe. Erfurt est en fait un lieu de beaucoup de commencements. La ville elle-même est une des plus anciennes colonies des Thuringes, une ancienne tribu germanique. Boniface, l’apôtre des Germains, mentionnait qu’Erfurt était un des premiers diocèses chrétiens d’Allemagne centrale. De plus, l’Alte Synagoge d’Erfurt est la plus ancienne synagogue d’Europe.

Le bâtiment que nous visitons aujourd’hui à Erfurt est appelé Collegium Maius. Il se trouve dans la vieille ville près de la rive gauche de la rivière Gera. Bien que ce bâtiment est aujourd’hui le siège administratif de l’église protestante d’Allemagne centrale, son passé rappelle un autre début qui se produisit à Erfurt. Ceci était l’endroit de la toute première université d’Allemagne, laquelle fut fondée en 1379.

L’université d’Erfurt jouit du privilège particulier d’être aussi bien la plus vieille que la plus jeune université d’Allemagne. Ceci n’est pas une contradiction logique, même si ça en a l’air, car l’université fut fermée au début du dix-neuvième siècle et rouverte en 1994, quelques années après la démolition du Mur de Berlin.

Au seizième siècle, l’université d’Erfurt était le centre d’études le plus raffiné d’Allemagne. Cet endroit était par conséquent une option naturelle pour Martin Luther après ses études au collège d’Eisenach (étape 84). Ses études à Erfurt eurent un impact profond sur la réforme et influencèrent aussi les universités. Mais avant de regarder à cela de plus près, tournons-nous d’abord vers deux événements importants qui eurent une grande influence dans la vie de Luther.

Le premier événement est lié à un des endroits favoris de Luther à Erfurt, la bibliothèque de l’université, où il pouvait jouir d’une vaste sélection de livres. Un jour, alors qu’il consultait les titres disponibles, il découvrit une Bible, ce qui était très rare pour l’époque. Lorsqu’il réalisa à quel point ce livre était épais, il comprit que les Ecritures lues durant les messes à l’église ne pouvaient pas représenter toute la Bible.

Les premières pages qu’il commença à lire étaient du premier livre de Samuel, lorsqu’Anne consacra son enfant Samuel et le donna aux soins d’Eli, le prêtre du temple. Luther était sans doute loin de savoir que sa vie allait avoir une influence similaire en Europe à celle du prophète Samuel en Israël. Tout naturellement, Luther commença à désirer posséder une Bible, mais étant donné que c’était impossible, il revint régulièrement à la bibliothèque pour pouvoir la lire. On peut facilement comprendre que cette expérience a eu une influence dans ses initiatives de traduire la Bible en allemand et de la rendre disponible à tous.

Deuxièmement, peu après l’obtention de son diplôme en 1505, Martin Luther tomba gravement malade. Sa condition était si critique que la mort ne semblait qu’à un pas. Un jour, un vieux prêtre, qui avait suivi Luther de près durant ses études, lui rendit visite et lui dit : « Mon cher bachelier, ayez bon courage ! Vous ne mourrez pas de cette maladie. Notre Dieu fera encore de vous un homme qui, à son tour, en consolera plusieurs. Car Dieu charge de sa croix celui qu’il aime, et ceux qui la portent avec patience acquièrent beaucoup de sagesse. » Martin Luther n’oublia jamais les paroles de ce prêtre, même lors de ses années de luttes et de persécutions.

Revenons désormais aux études de Martin Luther. Quelles matières étudia-t-il ? Et comment celles-ci eurent-elles autant d’influence pour la Réforme ? 

Martin Luther s’inscrivit à la faculté de philosophie en 1501. Il étudia les textes de philosophes scolastiques comme Guillaume d’Ockham, Jean Duns Scot, Bonaventure de Bagnoregio et Thomas d’Aquin. Cependant, plus tard dans sa vie, Martin Luther disait que la scolastique était corrompue. Il fit même une célèbre remarque hostile envers Aristote, dont la philosophie avait influencé la scolastique, en disant : « Si Aristote n’avait pas été un homme, j’aurais été tenté de le prendre pour le diable. »

Pourquoi Luther était-il tellement opposé à la scolastique ? Et pourquoi ses convictions au sujet de la philosophie scolastique secouèrent les universités en Europe ?

Toute université est naturellement fondée sur des présuppositions philosophiques, ou en d’autres termes, sur une vision du monde. Ces présuppositions sont comme un filtre au travers duquel la réalité est étudiée et mesurée. A l’époque de Luther, la vision dominante du monde dans les universités reposait sur la philosophie scolastique. Même si cette philosophie était née dans un contexte chrétien plusieurs siècles auparavant, Luther critiquait la scolastique de son époque car elle se reposait plus sur la philosophie d’Aristote que sur la Parole révélée de Dieu. En d’autres termes, au seizième siècle, les études universitaires médiévales étaient construites sur des spéculations au sujet de la nature de Dieu, plutôt que sur la vérité de Dieu comme étant révélée dans la Bible. Cette philosophie influença toutes les sphères de connaissance. En contestant ces fondations, Luther initia une révolution dans l’éducation dans son ensemble. L’impact de ce changement a eu un effet domino sur toute la société.

Un tel changement de vision du monde est à nouveau nécessaire dans nos universités occidentales contemporaines, car la plupart se reposent sur une vision du monde qui exclue la révélation biblique.

La Réforme protestante était principalement un retour à la Bible comme source ultime de vérité. Pour nous aujourd’hui, elle peut être une source d’inspiration pour enraciner les universités de demain dans la vérité de la Bible.

A la semaine prochaine ailleurs en Europe.

Cédric Placentino

Follow A European Journey here.

Photo: Wikipedia – Utilisateur: Wikswat – License: https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/legalcode

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top