skip to Main Content
Un Voyage Européen #82 – Mansfeld (Allemagne)

Un Voyage européen #82 – Mansfeld (Allemagne)

Séries d'articles : Allemagne

En Europe, nous avons tendance à considérer notre système de sécurité sociale comme acquis. Cependant, peu savent que la Réforme protestante a joué un rôle clé dans son développement.

Alors que nous continuons à suivre les traces de Martin Luther, l’endroit que nous visiterons aujourd’hui mettra ceci en lumière. Après avoir visité la ville de sa naissance, Eisleben (étape 81), nous visiterons aujourd’hui Mansfeld, où Martin Luther vécut son enfance.

Mansfeld est une localité de près de neuf mille habitants, située à 13 km d’Eisleben. Parmi les personnalités nées dans cette région figure le compositeur allemand Wolfgang Zeller, qui est connu pour avoir composé la musique du film muet Luther en 1928.

Il est pratiquement impossible de ne pas rencontrer le nom de Martin Luther quelque part à Mansfeld. Par exemple, la place centrale et l’école secondaire portent son nom. Nous trouvons aussi un musée et un monument en son honneur. De manière plus importante, nous trouvons la Luthers Elternhaus Original, c’est-à-dire la maison originale de l’enfance de Luther, dans une rue nommée, sans surprise, Lutherstrasse.

La maison actuelle fut reconstruite à la fin du dix-neuvième siècle. Et tout comme la maison de naissance de Luther était un témoignage du développement de l’éducation universelle en Allemagne, cette maison pointe vers un autre fruit de la Réforme, l’œuvre caritative. Mais avant d’explorer ceci plus en détails, parlons un peu de l’enfance de Luther.

Hans et Margaret Luther avaient emménagé dans cette maison lorsque Martin avait six mois. Durant les premières années ici, la famille vivait dans une pauvreté extrême. Très rapidement cependant, Hans établit un atelier, et lentement, l’entreprise commença à prospérer. Hans Luther gagna la réputation d’être un citoyen diligent et sérieux. Plus tard, cette confiance lui conféra l’opportunité de représenter son district au conseil municipal.

Grâce à son père, Martin Luther était capable d’aller à l’école dès le plus jeune âge, même si ceci était un privilège typiquement réservé aux riches. Martin fut enseigné par un homme appelé Georg Aemilius. L’enseignement qu’il reçut suivait le curriculum chrétien classique. Martin apprit donc à lire et à écrire en latin, et il apprit également les bases de la foi chrétienne, comme le Notre Père, le Symbole des Apôtres et les Dix Commandements. Il est intéressant de remarquer que ces enseignements devinrent fondamentaux pour lui, comme on peut le voir dans le fait qu’il les inclut dans son petit catéchisme plus tard. Ce petit livre fut ensuite enseigné à tous les enfants des nations protestantes en Europe.

Martin Luther était un enfant avec une forte volonté, et à cause de ceci, il reçut une discipline sévère de la part de ses parents et de son enseignant. Plus tard dans sa vie, il écrira ceci : ‘il est juste de punir les enfants, mais en même temps, nous devons les aimer.’ Son caractère fort était aussi une source de grands espoirs pour son père qui rêvait que son fils devienne un érudit. Et donc, pour atteindre ce rêve, Hans envoya son fils pour être éduqué dans un monastère franciscain de Magdebourg lorsque Martin avait seize ans.

Hans et Margaret Luther continuèrent à vivre à Mansfeld jusqu’à leur mort, après quoi, leur fils cadet reprit leur propriété. La maison resta dans la famille jusqu’en 1578, et plus de trois siècles plus tard, la Mansfeld Lutherhausverein (l’Association de la maison de Luther de Mansfeld) la racheta dans le but de préserver la mémoire de Martin Luther dans la ville. Et après avoir été rénovée, le bâtiment servit de maison pour les diaconesses, un ministère qui servait sous l’égide de l’Eglise luthérienne.

Mais qui étaient ces diaconesses, et que faisaient-elles ?

Le mot diaconesse vient du grec diakonos, qui signifiait serviteur ou ministre. Le rôle de diaconesse était d’offrir le soin social et médical aux pauvres et aux malades. Ce ministère puisait son inspiration du Nouveau Testament, par exemple des femmes qui servaient le Seigneur Jésus durant sa vie terrestre, ou des femmes du livre des Actes qui servaient les besoins physiques de l’église.

Même si le ministère des diaconesses resta vibrant dans l’église orientale au Moyen-Âge, les femmes catholiques romaines avaient très peu d’accès à ce type de ministère en Europe occidentale. Avec leur accent sur la Parole de Dieu, les réformateurs du seizième siècle redécouvrirent le rôle des diaconesses. Luther écrivait que ‘les femmes qui aiment la piété sont disposées à avoir une grâce spéciale par laquelle elles réconfortent les autres et soulagent leur douleur.’ Cependant, ce n’est qu’au dix-neuvième siècle que le ministère de diaconesse devint un corps organisé au sein des églises luthériennes d’Europe septentrionale.

Au vingtième siècle, les activités des diaconesses inspirèrent les conseils municipaux des nations d’Europe septentrionale à développer une version séculière de tels services. Ce n’est pas difficile de voir comment ceci inspira le développement des systèmes modernes de sécurité sociale dans ces nations.

La Luthers Elternhaus Original à Mansfeld est un témoignage fascinant de la manière dont les systèmes modernes de sécurité sociale proviennent d’un mouvement déclenché par un enfant de cette localité.

A la semaine prochaine ailleurs en Europe.

Cédric Placentino

Responsable Centre Schuman pour l’Europe italienne et française

Suivez Un Voyage européen here.

Photo: Wikipedia – Utilisateur: Franzfoto – Licence: https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/legalcode

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top