skip to Main Content
Un Voyage Européen #83 – Magdebourg (Allemagne)

Un Voyage européen #83 – Magdebourg (Allemagne)

Séries d'articles : Allemagne

Au cours des siècles récents, l’Europe a subi des tentatives incessantes d’effacer les racines chrétiennes qui ont été la source de vie de sa civilisation. Alors que nous suivons l’histoire de Martin Luther géographiquement, nous découvrirons Magdebourg, une ville où cette tendance est visible.

L’objectif d’effacer l’héritage chrétien fut particulièrement agressif au cours du vingtième siècle, en particulier dans les pays sous le régime communiste, y compris l’Allemagne de l’Est, où Martin Luther a vécu. A Magdebourg, pas moins de dix églises médiévales furent détruites par le régime communiste après la deuxième Guerre mondiale.

Néanmoins, certains édifices médiévaux ont miraculeusement survécu jusqu’à nos jours, l’un d’entre eux étant la cathédrale de Magdebourg. Située au bord de l’Elbe, la cathédrale est célèbre pour être le lieu de repos d’Othon le Grand. Cet empereur allemand du dixième siècle construisit la cathédrale ici car elle était située commodément près de la frontière orientale de son territoire. Ceci était en ligne avec son intention d’étendre son empire, et donc la Chrétienté, vers l’est.

Othon le Grand construisit également la domschüle (école de la cathédrale) de Magdebourg, laquelle devint un des centres d’éducation les plus réputés du Saint-Empire romain. Plusieurs archevêques de renom furent éduqués ici à l’époque médiévale. Et parmi les plus célèbres étudiants de la domschüle figure le père de la Réforme protestante, Martin Luther. 

Donc, qu’est-ce qui amena Luther à Magdebourg ?

Au cours de son enfance à Mansfeld (étape 82), il était devenu apparent que Luther avait aussi bien une grande capacité d’apprentissage qu’un caractère fort. Ayant remarqué ces qualités, son père commença à imaginer que son fils pourrait devenir un érudit. Et donc, en 1496, Hans envoya Martin à la domschüle de Magdebourg.

Magdebourg était le tout premier endroit où Martin Luther vécut seul, à l’âge de quatorze ans. Et ces temps étaient particulièrement difficiles pour lui. A l’époque, il n’y avait pas de bourses d’étudiants disponibles et l’entreprise de son père ne pouvait pas financer ses études. Donc, Martin devait trouver des manières de se financer lui-même, et très souvent, il finissait par mendier son pain dans les rues avec d’autres enfants pauvres.

Martin Luther ne traversa pas ces temps difficiles en vain, malgré tout. A l’époque, la domschüle était fortement influencée par les Frères de la vie commune. Ceci était un mouvement monastique qui commença aux Pays-Bas au quatorzième siècle et qui eut un impact significatif dans le domaine de l’éducation. Parmi les étudiants les plus célèbres des frères figurait un des plus grands érudits du seizième siècle, Erasme de Rotterdam, dont la traduction de la Bible aura, plus tard, une grande influence dans la vie de Luther.

Parmi les enseignants de Luther à Magdebourg figurait Andreas Proles, un moine augustinien qui avait essayé de réformer les monastères franciscains au sein desquels il était impliqué. A cause de ses initiatives, Proles avait beaucoup d’ennemis et ceci le mena même à être banni par une bulle papale. Finalement, après un appel auprès du pape, la bulle contre Proles fut révoquée. En tant que professeur, Proles continua à faire appel à une réforme des monastères et de l’église en général. Il n’y a pas de doute quant au fait que Martin Luther ait été façonné par son message.

Très rapidement, des nouvelles des difficultés que rencontrait Martin atteignirent ses parents à Mansfeld. Et donc, moins d’un an plus tard, Hans et Margaret décidèrent de l’envoyer dans une autre école à Eisenach, dans la région natale de Hans, en espérant qu’il serait plus facile pour Martin de se financer là-bas.

Plusieurs décennies plus tard, exactement sept ans après la publication de ses 95 Thèses, Martin Luther retourna à Magdebourg pour prêcher l’Evangile. Ceci mena beaucoup d’églises de la ville à adopter la foi protestante. Et en 1567, la cathédrale fut finalement consacrée à l’adoration protestante et Magdebourg devint un centre important de la Réforme.

Faisons maintenant une avance rapide jusqu’au vingtième siècle pour revenir sur mon affirmation du début. Quelles étaient les raisons derrière ces tentatives sans précédent d’effacer l’héritage chrétien en Europe ? Le lieu actuel de la domschüle peut en fait nous donner quelques pistes.

A la fin du dix-neuvième siècle, la domschüle déménagea dans une rue qui fut plus tard renommée Hegelstraße, en l’honneur d’un des philosophes majeurs du dix-neuvième siècle, Georg Wilhelm Friedrich Hegel. Pourquoi ceci est important ?

En Europe médiévale, la réalité était principalement comprise sur base d’une perspective chrétienne. Ceci signifiait que les Européens comprenaient que Dieu était immuable, éternel, parfait et totalement distinct de la création. Ceci était la vision du monde que la domschüle enseigna à Martin Luther.

Hegel, cependant, faisait partie d’une école philosophique qui rejetait la compréhension biblique de Dieu. Enracinées dans la philosophie des Lumières et dans l’existentialisme de Kant, les théories philosophiques d’Hegel le menèrent à concevoir que Dieu n’était ni immuable ni totalement distinct de la création. Au lieu de cela, le dieu d’Hegel était en évolution constante, se transformant toujours vers une plus grande perfection.

Les idées d’Hegel devinrent fondamentales pour des philosophes tels que Charles Darwin et Karl Marx. Le darwinisme et le marxisme devinrent plus tard le socle d’idéologies politiques telles que le nazisme et le communisme. Ces deux mouvements amenèrent énormément de destruction, non seulement en termes de vies humaines mais aussi dans la connaissance des racines chrétiennes d’Europe.

Malheureusement, même après avoir généré tant de mal, le nom Hegelstraße montre que l’Europe moderne continue à vénérer les philosophies mêmes qui détruisent sa civilisation. Mais ce que Dieu a fait dans ce continent ne pourra jamais être effacé.

A la semaine prochaine ailleurs en Europe.

Cédric Placentino

Suivez Un Voyage européen here.

Photo: Wikipedia – Utilisateur: Ajepbah – Licence: https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/de/legalcode

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top