skip to Main Content
Un Voyage Européen #86 – Haugesund (Norvège)

Un Voyage européen #86 – Haugesund (Norvège)

Séries d'articles : Norvège

« Ja, vi elsker dette landet », « Oui, nous aimons ce pays » ! C’est la manière dont l’hymne national norvégien commence. Le second verset rend hommage au roi Harald qui unifia la Norvège, et qui, très involontairement, déclencha la christianisation de son peuple.

Pour la première étape d’une série au cours de laquelle nous explorerons comment l’Evangile a pris racine parmi les Norvégiens, nous visiterons la ville de Haugesund, dans le comté de Rogaland, au sud-ouest de la Norvège.

Située face au détroit Haugesundet, Haugesund est une ville relativement récente qui commença à se développer au dix-neuvième siècle. Avant de recevoir le statut officiel de ville en 1854, cette région rurale fut le théâtre de plusieurs événements significatifs de l’histoire de Norvège.

L’endroit que nous visitons aujourd’hui à Haugesund est un monument appelé Haraldshaugen, lequel se situe à deux kilomètres au nord du centre-ville. Le monument est une obélisque construite sur la tombe de Harald Haarfage, ou Harald à la Belle Chevelure, le premier monarque du royaume unifié de Norvège. Haraldshaugen fut inauguré le 18 juillet 1872 à l’occasion du millénium de l’unification du royaume.

L’unification de la Norvège était la conclusion d’une longue série de batailles militaires dans le pays et marqua le début du règne de Harald à la Belle Chevelure. Mais pour comprendre comment Harald influença la christianisation de son peuple, nous devons examiner sa vie plus en détail.

Harald était le fils de Halfdan, roi de Vestfold, un petit royaume près de la ville actuelle d’Oslo. Sa mère était Ragnhild Sigurdsdatter, la petite-fille du roi du Jutland au Danemark. Déjà dès sa tendre enfance, Harald semblait destiné pour une vie d’influence. Ceci fut déjà révélé à sa mère Ragnhild au travers d’un rêve dans lequel elle voyait qu’il deviendrait comme un arbre couvrant la Norvège et les pays avoisinants. L’histoire prouvera que son rêve était exact.

Après la mort de son père, Harald devint roi de Vestfold alors qu’il n’avait que dix ans. Plus tard, il tomba amoureux de Gyda, la jolie fille du roi de Hordaland, dans la région de Bergen. Lorsqu’il lui demanda en mariage, Gyda était d’accord, mais à la seule condition qu’il conquiert d’abord tout le pays. Loin d’être découragé, Harald déclara : « Je fais appel au Dieu qui m’a fait, d’être témoin que jamais j’aurai mes cheveux coupés ou coiffés jusqu’à ce que j’aurai conquis toute la Norvège, avec des skat (des taxes), des obligations et des seigneuries, ou jusqu’à ce que je meurs dans la tentative. »

Après une série de batailles victorieuses, Harald, dont les cheveux étaient devenus si long qu’il reçut le surnom de Haarfage (Belle Chevelure), gagna sa dernière bataille à Hafrsfjord, 50 kilomètres au sud de Haugesund. Harald épousa par conséquent Gyda et devint ainsi le premier roi d’une Norvège unie.

Même si Harald ne s’est jamais vraiment converti au Christianisme, il apparaît clairement qu’il était au moins au courant de la foi chrétienne. Son arrière-grand-père Harald de Jutland avait été chrétien. En parlant de la foi de Harald, la Saga de Harald Haarfage affirme « qu’il croyait au Dieu qui était le plus fort et qui avait créé toutes choses et régnait sur toutes choses. »

Par conséquent, si Harald ne s’est jamais vraiment converti au Christianisme, pourquoi puis je affirmer qu’il contribua à la christianisation des Norvégiens ? En fait, ceci s’est produit de deux manières spécifiques.

La première est liée à l’expansion viking, c’est-à-dire la période au cours de laquelle beaucoup de Norvégiens, ou Normands comme ils étaient appelés à l’époque, migrèrent dans toute l’Europe. Lorsque Harald devint roi, son dur régime de taxation des propriétaires terriens causa une augmentation de l’émigration qui avait débuté un siècle auparavant. Dans de nombreux cas, l’expansion viking était de nature violente et souvent, les victimes des envahisseurs étaient des Chrétiens. Mais comme ça a souvent été le cas dans l’histoire chrétienne, les victimes ont en fait amené leurs persécuteurs à la foi en Christ.

La deuxième manière dont Harald influença la conversion de son peuple était connectée au pays de Norvège en tant que tel. Etant donné que Harald avait eu beaucoup de fils de ses nombreuses femmes, il décida de partager le pays entre les premiers-nés de chacune de ses femmes et fit de son fils Erik le chef suprême du royaume. Mais, selon les sagas, Erik, qui devint épouvantablement surnommé Blodøkse (hache sanglante), commença à éliminer tous ses frères.

Plus tard, Harald eut un autre fils d’une maitresse nommée Toraqui était si grande qu’elle était surnommée Mosterstong, la perche de Moster, en référence à l’île d’où elle était originaire. Voyant le mal qu’Erik Blodøkse était en train de commettre dans sa soif du pouvoir, Harald comprit que son plus jeune fils Haakon était en danger. Harald envoya donc son fils en Angleterre où il pourrait croître en sécurité à la cour du roi Æthelstan. Et étant donné qu’Æthelstan était chrétien, Haakon fut baptisé et éduqué dans la foi chrétienne. Ceci fut déterminant car, plus tard, Haakon joua un rôle décisif dans la christianisation de la Norvège. C’est ce que nous explorerons, Dieu voulant, lors de notre prochaine étape.

Oui, les Norvégiens aiment leur pays, tout comme Dieu, le Créateur de la Norvège. Et Il a choisi une manière assez inhabituelle pour se faire connaître au peuple norvégien, aussi bien en Norvège qu’à l’étranger.

A la semaine prochaine ailleurs en Europe.

Cédric Placentino

Follow A European Journey here.

Photo: Wikipedia – Utilisateur: Kolbeinsent – License: https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/no/legalcode

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top