skip to Main Content
Un Voyage Européen #53 – Kiev (Ukraine)

Un Voyage européen #53 – Kiev (Ukraine)

Vladimir le Grand est considéré comme étant le prince qui a christianisé les nations slaves orientales. Mais pourquoi sa contribution a-t-elle été si significative ?

C’est ce que nous allons explorer durant la troisième étape de cette minisérie suivant les traces de l’expansion de l’Evangile au sein des nations slaves orientales.

Et pour cette étape, nous retournons à Kiev, la capitale de l’Ukraine, où nous étions deux étapes auparavant (étape 51). Nous avions alors visité une église dédiée à l’Apôtre André, mais aujourd’hui, nous irons à moins d’un kilomètre plus au sud sur le mont Volodymyr surplombant le fleuve Dniepr. Là, nous trouvons le monastère Saint-Michel-au-Dôme-d’Or, lequel fut restauré après la chute de l’Union soviétique, ou encore le ministère ukrainien des Affaires étrangères.

Mais l’endroit exact que nous allons visiter est un monument dans un parc à un demi kilomètre du monastère. Ce monument est dédié à Vladimir le Grand. Il s’agit d’une structure massive octogonale rappelant le style architectural byzantin. Là, nous voyons le prince se tenant debout avec une croix à la main droite et un chapeau à la main gauche. Le sculpteur russe Vasily Demut-Malinovsky commença la construction du monument mais mourut avant qu’il ne soit terminé. Ce fut ensuite le sculpteur balte germanophone de la cour impériale russe, Peter Clodt von Jürgensburg, qui termina le monument, lequel fut finalement inauguré en 1853.

Lors de notre dernière étape, nous avons découvert comment Vladimir a adopté le Christianisme durant sa tentative de se saisir de la ville grecque de Chersonèse près de ce qui est aujourd’hui Sébastopol en Crimée. Mais sa conversion personnelle ne suffit pas pour expliquer comment le Christianisme est devenu la foi dominante de son pays. La Chronique des temps passés de Nestor le Chroniqueur au 11ème siècle peut nous aider à trouver plus d’indices.

L’adoption du Christianisme comme foi officielle du pays fut grandement facilitée par la conversion de la plupart des officiels de Vladimir. Juste avant son baptême à Chersonèse, Vladimir était affecté par une maladie grave aux yeux. La Chronique explique que Vladimir avait miraculeusement récupéré la vue après son baptême. Il déclara alors : « Maintenant, j’ai vu le vrai Dieu. » Cet événement exerça une énorme influence auprès des officiels qui étaient avec lui à Chersonèse. Beaucoup furent convaincus de la supériorité du Dieu du Christianisme et furent baptisés au même endroit que Vladimir.

Vladimir retourna alors vers la capitale de son pays, Kiev. Huit ans auparavant, Vladimir avait érigé un temple païen en l’honneur du plus grand dieu du paganisme slave, Péroun, probablement sur cette colline. Mais lorsque Vladimir revint de Chersonèse, une de ses premières décisions était de jeter la statue de Péroun dans le Dniepr. Plusieurs païens allèrent au fleuve pour voir si le dieu était capable de se sauver, mais beaucoup abandonnèrent le paganisme lorsqu’ils réalisèrent que rien ne se produisit. Plus tard, Vladimir construisit une église sur le lieu auparavant dédié à Péroun, ce qui était un clair message envers tous ses sujets.

Le jour après le démantèlement du temple païen, Vladimir ordonna à tous les citoyens de se présenter sur la rive du Dniepr pour être baptisés dans la foi chrétienne. Et donc, le jour suivant, tout le peuple de Kiev était rassemblé pour être baptisé par les évêques et prêtres grecs qui avaient fait le voyage depuis Chersonèse avec Vladimir. Là, selon la Chronique, Vladimir prononça la prière suivante : 

« O Grand Dieu, qui a fait le Ciel et la Terre, pose ton regard sur ton nouveau peuple. Permet-leurs, o Seigneur, de Te connaître, Toi le vrai Dieu, comme Tu a été reconnu dans les terres chrétiennes, et confirme en eux une foi vraie et infaillible ; et assiste-moi, O Seigneur, contre l’ennemi qui m’oppose, qu’en ayant confiance en Toi, et en Ta puissance, je puisse surmonter toutes ses ruses. »

Bien évidemment, les méthodes de conversion de Vladimir semblent être plutôt tyranniques de nos jours. Dans notre compréhension moderne, la foi est un choix privé qui ne peut être forcé par personne. Mais bien qu’il est vrai que la foi implique une décision personnelle, nous risquerions d’oublier que la foi a aussi de fortes implications politiques. Pour la plupart de l’histoire humaine, les lois d’une nation donnée étaient toujours enracinées dans une croyance ultime, qu’elle soit chrétienne ou païenne. Et comme nous l’avons vu lors de notre dernier épisode, Vladimir était spécialement attiré par la loi grecque, laquelle était basée sur la Bible. Il avait compris qu’elle était supérieure à toute autre loi qu’il avait pu rencontrer. Mais pour être capable de l’implémenter dans son propre pays, Vladimir savait qu’il devait faire du Christianisme la foi officielle de sa principauté.

Néanmoins, le baptême obligatoire des Rus’ de Kiev n’était pas suffisant pour établir le Christianisme au sein du peuple. Vladimir construisit également plusieurs églises à Kiev et dans d’autres villes de sa principauté. Il établit des prêtres pour répandre la foi chrétienne au peuple de son pays. Il chercha aussi à développer le système d’éducation de son pays en établissant plusieurs écoles et en rendant l’éducation obligatoire aux enfants de ses officiels.

La présence d’un monument en l’honneur de Vladimir le Grand n’est pas simplement un mémorial en l’honneur de l’arrivée du Christianisme dans le pays. C’est aussi un témoignage de l’impact que la foi chrétienne a eu dans tous les domaines de la vie dans les nations slaves orientales.

Lors de notre prochaine étape, nous découvrirons comment la foi chrétienne s’est répandue au-delà de l’Ukraine moderne, vers les terres lointaines de Russie.

A la semaine prochaine ailleurs en Europe.

Cédric Placentino

Responsable Centre Schuman pour l’Europe italienne et française

Suivez Un voyage européen ici.

Photo: Wikipédia – nom d’utilisateur: Nick Graspy – lien licence: https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/legalcode

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top