skip to Main Content
Un Voyage Européen #51 – Kiev (Ukraine)

Un Voyage européen #51 – Kiev (Ukraine)

Lorsque les communistes ont pris le contrôle de l’Union soviétique en 1917, leur intention était de construire une nation athée et d’effacer le Christianisme de la mémoire collective. Mais même les persécutions horribles sous Joseph Staline n’ont pas réussi à éradiquer les églises aux dômes en forme d’oignon.

En réalité, lorsque le communisme fut instauré, le Christianisme avait été présent en ex-Union soviétique pendant plus de mille ans, et avait façonné de manière significative les peuples slaves orientaux. Mais comment la foi chrétienne arriva sur ces terres ? Et quelle influence a-t-elle eu ? Pour trouver quelques réponses à ces questions, nous démarrons une minisérie afin d’explorer certains lieux qui montrent comment le Christianisme s’est enraciné dans ce coin du monde.

Pour cette première étape, nous visiterons Kiev, la capitale de l’Ukraine. Kiev est située le long du fleuve Dniepr, qui s’écoule vers le sud jusqu’en mer Noire. C’est une ville avec une histoire riche et diversifiée comme l’atteste la variété de styles architecturaux.

Kiev est aussi célèbre pour ses nombreuses collines. Lors de cette étape, nous visiterons l’une d’entre elles. Pour atteindre la colline en question, nous grimperons une rue appelée la descente Saint-André. C’est une célèbre rue pavée médiévale, populaire pour ses vendeurs de rue. Elle grimpe à partir d’un des quartiers principaux de la ville, Podil, pour rejoindre le sommet de la Colline Saint-André. Là, nous trouvons une splendide cathédrale qui, encore une fois, porte le nom de Saint-André. La cathédrale est un édifice baroque coloré conçu par l’architecte italien Bartolomeo Rastrelli.

Pour comprendre l’importance de cet endroit, nous allons d’abord faire un survol rapide de l’histoire ancienne de Kiev. Durant la plupart du premier millénaire, le Christianisme n’avait pas fait des progrès significatifs ici. Au contraire, Kiev fut confrontée à de nombreuses invasions de tribus païennes ; principalement des Khazars, une tribu en provenance d’Asie centrale, mais aussi plus tard des Vikings en provenance d’Europe septentrionale.

La Colline Saint-Andréest probablement un des meilleurs symboles de l’adoption du Christianisme dans les terres slaves orientales.

Il y a en fait deux histoires liées à cet endroit. Celles-ci sont racontées dans la Chronique de Nestor, qui est aussi appelée la Chronique des temps passés, et est un des plus vieux manuscrits slaves orientaux. Elle fut écrite par un moine appelé Nestor autour de l’an 1113, probablement dans le monastère Pechersky, qui est situé sur une colline voisine le long du fleuve. Les historiens ont souvent contesté la véracité des événements racontés dans la Chronique. Mais même si les histoires que je vais raconter ne sont pas historiquement confirmées, elle n’ont pas non plus été démenties. Quoi qu’il en soit, elles peuvent nous aider à comprendre comment le Christianisme s’est enraciné ici.

La première histoire est liée à l’homme dont le nom se trouve en plusieurs endroits sur cette colline : l’apôtre André en personne. Selon la Chronique, André voyageait le long du Dniepr vers le nord afin de prêcher l’Evangile dans les déserts de Scythie, aujourd’hui en Russie centrale et au Kazakhstan, au cours du premier siècle.

Lorsqu’André arriva au sommet de cette colline, il planta une croix là où se trouve la cathédrale Saint-André. Ensuite, selon la Chronique, il prophétisa les mots suivants : « Sur ces collines brillera la lumière de la Grâce divine. Il y aura une grande ville, et Dieu y aura beaucoup d’églises en Son nom. »Il aura fallu neuf cents ans pour que cette prophétie commence à voir son accomplissement.

Et ceci nous amène à la deuxième histoire. Au neuvième siècle, Kiev n’était qu’un petit village au sommet de cette colline, et la population slave locale était sous la domination des Khazars. A l’époque, une tribu de Vikings, également appelée les Rus’, vivait près du Lac Ladoga au nord de la Russie actuelle. Et ils commencèrent à envahir les terres au sud.

Selon la Chronique, un chef de ces Rus’ vikings appelé Rurik envoya deux hommes appelés Askold et Dir à Constantinople, probablement pour envahir la ville. Askold et Dir voyagèrent vers le sud le long du Dniepr. Lorsqu’ils arrivèrent à Kiev, ils attaquèrent les chefs khazars et prirent le contrôle du village. Askold et Dir devinrent donc princes des Rus’ de Kiev, un territoire qui allait couvrir plus tard la plupart de la Russie européenne.

Askold et Dir voyagèrent avec armée pour envahir Constantinople, qui était le cœur du Christianisme orthodoxe oriental à l’époque. Là-bas, ils rencontrèrent le Patriarche Photius, et au lieu d’envahir la ville, on pourrait dire que la ville les a envahi, car ils retournèrent à Kiev en tant que Chrétiens nouveaux convertis. Askold et Dir étaient donc les premiers chefs Rus’ à adopter le Christianisme. Néanmoins, leur conversion ne provoqua pas une transition rapide et paisible de leur principauté au Christianisme. Oleg le Sage, un autre chef Rus’ qui avait envahi la région de Novgorod, assassina les deux princes à cause de leur foi. Et les faits historiques nous disent qu’il faudra encore un siècle d’instabilité avant que le Christianisme ne soit finalement solidement enraciné dans la région.

Donc, que pouvons-nous apprendre de ces deux histoires ?

Tout d’abord, nous réalisons que l’adoption du Christianisme en terres slaves orientales fut fortement influencée par l’Eglise de Constantinople. Deuxièmement, nous remarquons que la possible prophétie de Saint-André s’est réalisée, car Kiev est devenue la capitale de la principauté et a encore beaucoup d’églises de nos jours.

Même le régime soviétique n’a pas pu anéantir la présence chrétienne dans cette ville. En réalité, les plus grandes églises d’Europe d’aujourd’hui se trouvent dans la capitale ukrainienne.

A la semaine prochaine ailleurs en Europe.

Cédric Placentino

Responsable Centre Schuman pour l’Europe italienne et française

Suivez Un voyage européen ici.

Photo: Wikipedia – nom d’utilisateur: Haidamac – lien à la license: https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/legalcode.fr

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top
WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com