skip to Main Content
Un Voyage Européen #49 – Alaveteli/Nedervetil (Finlande)

Un Voyage européen #49 – Alaveteli/Nedervetil (Finlande)

https://soundcloud.com/user-610407886/un-voyage-europeen-49-alaveteli-finlande

Un climat hostile n’a pas empêché la Finlande d’améliorer ses conditions de vie et de devenir une des meilleures démocraties sur terre. Mais qu’est-ce qui a rendu ce succès possible ?

Pour trouver un indice, nous visiterons un petit village dans la région d’Ostrobotnie, près de la Mer Baltique, appelé Nedervetil en suédois ou Alaveteli en finnois. La raison derrière ce nom bilingue est que cette région contient une des plus grandes concentrations de Finlandais suédophones.

Alaveteli est entouré de plaines et traversé par une rivière nommée Perhonjoki. Depuis le centre du village, nous suivrons une route le long de la rivière vers le sud. Un demi-kilomètre plus loin, nous découvrons une église en bois construite en 1753 (voir photo). Et si nous continuons pendant un peu plus d’un kilomètre et traversons le pont sur la rivière, nous atteignons une maison de campagne sur le côté gauche de la route.

Dans le jardin entourant la maison se trouve une pierre commémorative avec une phrase suédoise disant : « Ici se trouvait le presbytère dans lequel le premier prêtre de Nedervetil, Anders Chydenius, vécut entre 1753 et 1770 ».

Cet homme, Anders Chydenius fut en réalité un des hommes d’église et politiciens les plus influents de Finlande au dix-huitième siècle. Il acquis ce terrain, qu’il décrivait comme étant ‘un terrain aride et pierreux sur les rives d’une cascade’, dans le but de construire le presbytère où il pourrait vivre en tant que prêtre local.

Mais qui était Anders Chydenius et quelle fut son influence dans l’histoire finlandaise ?

Anders Chydenius est né dans le village de Sotkamo, en Finlande orientale, où son père était également prêtre. Et dès sa tendre enfance, Anders déménagea dans beaucoup d’endroits du pays : à Kuusamo, en Laponie, où son père devint recteur de la paroisse ; ensuite à Oulu, sur le bord de la Baltique, où il fréquenta un collège; ensuite à Tornio, au sommet du Golfe de Botnie près de la frontière avec la Suède, où il suivit une éducation privée ; et ensuite à Turku, au sud-ouest de la Finlande et à Uppsala, en Suède, deux villes où il était étudiant universitaire.

Fraîchement promu en 1753, Anders Chydenius fut nommé prêtre de la paroisse d’Alaveteli où nous sommes aujourd’hui. Et bien qu’il vivait à une époque où les doctrines de base de la Réforme commençaient à être négligées à travers l’influence de la philosophie des lumières, Anders Chydenius était fortement influencé par le piétisme, un mouvement théologique luthérien qui insistait sur la piété personnelle.

Le piétisme fut fondamental dans la lutte de Chydenius pour la liberté individuelle en Finlande. Mais pour acquérir cette liberté, il savait que les conditions de vie de son peuple devaient s’améliorer. C’est ce qu’il commença à faire ici dans son presbytère.

Chydenius utilisa de nouvelles techniques agricoles adaptées à un terrain difficile. Ici, il cultiva des légumes et créa un jardin. Il construisit un barrage pour utiliser l’eau de la rivière afin d’irriguer le terrain. Il draina le marécage avoisinant et le transforma en champ cultivable. Il avait aussi des moutons, des boucs, des chèvres et des chevaux, et trouva des méthodes pour en prendre soin dans ce climat difficile. Son soin spécial pour les moutons lui permit de produire une des meilleurs laines de tout le royaume de Suède. Et pour la production de nourriture et de boisson, Chydenius construisit un fournil et une brasserie.

Chydenius avait un intérêt spécial pour les soins de santé, en particulier pour les enfants. Il étudia les textes d’un autre piétiste suédois, Nils Rosén von Rosenstein, le père de la pédiatrie moderne. Ceci lui permit de développer ses capacités de physicien pour pouvoir prendre soin de ses paroissiens. Il les vaccina contre la variole, une maladie qui tuait beaucoup à l’époque. Il soigna aussi la cataracte et construisit un laboratoire où il développa de nouveaux remèdes.

Anders Chydenius influença aussi la politique de la Suède, qui contrôlait encore la Finlande. A son époque, le royaume était en transition d’un régime autocratique au système du Riksdag, précurseur du système parlementaire moderne. Anders Chydenius servit plusieurs fois au Riksdag à Stockholm et devint le représentant finlandais le plus influent.

Son rôle politique lui permit de défendre beaucoup d’idées nouvelles à son époque, et qui allaient plus tard avoir un impact mondial. Permettez-moi d’en citer trois :

Premièrement, Chydenius milita pour le libre échange et écrivit un livret développant les mêmes idées écrites dix ans plus tard par Adam Smith dans son livre La richesse des nations. Chydenius obtint les droits de navigation pour les villes de Kokkola, Vaasa, Pori (Björneborg) et Oulu (Uleåborg). Ceci fut fondamental pour le développement du libre échange et améliora fortement l’économie, aussi bien de la région d’Ostrobotnie que de la Finlande dans son ensemble.

Deuxièmement, Chydenius fut un des premiers défenseurs de la liberté de la presse. Il écrivit : « une certaine liberté d’écrire et d’imprimer est un des remparts les plus forts pour l’organisation libre de l’état ». Encore de nos jours, la Finlande est considérée comme une des meilleures nations au monde en terme de liberté de la presse.

Finalement, Chydenius soutint les droits universels et encouragea l’abolition des privilèges. Il fut un des rares politiciens de son époque à croire en la nécessité d’offrir des opportunités égales aussi bien aux riches qu’aux pauvres. Cette idée d’égalité devint fondamentale pour le développement de la nation finlandaise.

En 1770, Anders Chydenius devint recteur de la paroisse de Kokkola, où il vécut jusqu’à sa mort en 1803. Contrairement aux philosophes des lumières, Chydenius ne rejetait pas le Christianisme et la Bible, mais bien au contraire, y tirait son inspiration.

À la semaine prochaine ailleurs en Europe.

Cédric Placentino

Responsable Centre Schuman pour l’Europe italienne et française

Suivez Un voyage européen ici.

Photo: Wikipedia – nom d’utilisateur: Santeri Viinamäki – lien à la license: https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/legalcode

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top