skip to Main Content
Un Leader Mondial

Un leader mondial

Dr. Evert van de Poll continue son analyse des idées qui se cachent derrière le mot ‘Europe’. Ceci est un extrait de son futur livre ‘L’Europe et l’Evangile’

Pour beaucoup de personnes dans le monde entier, le mot ‘Europe’ signifie ‘diriger le monde’ ou ‘influence mondiale’.

Dans le passé, il signifiait simplement ‘pouvoir’, ‘domination’ et ‘expansion’. Lors des quatre derniers siècles, plus de 85 pourcent de la surface de la terre a été gouvernée par les puissances européennes durant un certain temps. Il n’y a que très peu de pays qui ont échappé à leur contrôle.

La scène mondiale actuelle est caractérisée par ce qui est appelé la mondialisation. Il faut noter que ce processus trouve son origine en Europe, et porte toujours les marques de ce continent de petite taille. Les historiens sont d’accord sur le fait que les premières formes de mondialisation économique étaient les empires espagnol et portugais du seizième siècle, suivies par les compagnies britanniques, hollandaises et françaises des indes orientales et occidentales aux dix-septième et dix-huitième siècles.

Bien sûr, d’autres formes de mondialisations ont existé avant cela. On peut penser aux conquêtes helléniques et l’Empire romain avec leur expansion culturelle et politique. Plus tard, le monde musulman déploya sa religion et sa culture en Afrique du Nord et en Asie méridionale et centrale. Mais bien que ces empires aient été impressionnants, ils sont éclipsés par l’expansion européenne qui créa un réseau de commerce et d’exploitation des ressources au sein duquel les cinq continents étaient reliés par la domination de l’un d’entre eux.

Le processus de mondialisation actuel est réellement la continuation et l’extension ultérieure de ce qui était au début l’expansion mondiale du commerce et des entreprises multinationales européennes, de leur science et de leur technologie, de leur système de transport (les chemins de fer !), de leurs langues (anglais, espagnol, français, portugais, néerlandais), de leur culture (vêtements, musique, calendrier, etc.), de leurs systèmes éducationnels et administratifs, de leurs structures politiques (démocratie représentative et constitutionnelle), et de leurs méthodes militaires à l’échelle mondiale. En d’autres termes, la mondialisation est l’Europe poussée à l’extrême.Une illustration frappante de la position dominante de l’Europe est la carte du monde telle qu’elle est généralement dessinée. Dans l’antiquité et au Moyen-Âge, le monde qui était connu consistait de l’Europe, de l’Afrique du Nord et d’une grande partie de l’espace asiatique. Sur les représentations graphiques, le Moyen-Orient actuel occupe la place centrale. Les érudits juifs représentaient ce ‘monde’ dans la forme de trois feuilles connectées à Jérusalem au milieu. L’exemple classique de ces ‘représentations du monde’ était la carte de Ptolémée, qui était amplement recopiée en Europe médiévale (voir photo ci-dessus)

Au quinzième siècle, les cartographes commencèrent à dessiner des cartes du monde différentes, basées sur les données topographiques fournies par les navigateurs, les explorateurs, les marchands et les missionnaires européens qui voyageaient dans le monde entier. Ils ont élaboré une image plus grande des cinq continents, divisés par trois grands océans, avec l’Europe occupant la partie centrale supérieure. Elle était entourée par le reste du monde : par l’Amérique à l’ouest, l’Asie à l’est, l’Afrique au sud, alors que la partie inférieure était occupée par une terra australis (territoire australe) vaste et en grande partie inconnue.

Cette nouvelle perspective géographique était dans la lignée de leur vision du monde : le continent chrétien d’Europe était le centre du monde, dans une position pour influencer et dominer le reste. Souvent, les limites des cartes étaient illustrées par des personnages allégoriques, qui correspondaient aux continents et aux océans. Un personnage favori pour l’Europe était celui de la reine vierge.

Les cartes du monde ont été basées sur ce format eurocentrique depuis lors. Il est toujours d’usage aujourd’hui, même si l’Europe ne domine plus le monde. On peut aussi représenter le monde avec un autre continent ou un océan au centre, comme cela se fait parfois, mais de manière générale, nous restons attachés au modèle développé au seizième siècle. Dans la cartographie du monde, l’Europe est toujours le centre du monde.

Evert Van de Poll

Professeur d’Etudes religieuses et de Missiologie, Faculté théologique évangélique, Louvain, Belgique

Photo: domaine public https://georgiainfo.galileo.usg.edu/gastudiesimages/1482%20Map%20of%20World.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top