skip to Main Content
Un Voyage Européen #31 – Marsaskala (Malte)

Un voyage européen #31 – Marsaskala (Malte)

Après une série d’étapes sur les traces des Vaudois en France et en Italie (étapes 26 à 30), nous démarrons un autre mini-voyage à travers l’Europe, cette fois-ci pour rechercher comment l’Evangile a atteint les tribus païennes d’Europe.

Lorsque Jésus marcha sur terre, l’Empire romain était principalement composé de deux groupes : des tribus qui avaient été assimilées à la civilisation gréco-romaine, et une minorité importante de Juifs (dont certaines estimations montent à 15% dans certaines villes). Ces Juifs helléniques (nommés de la sorte car ils vivaient en dehors d’Israël) ont peut-être été les premiers à amener l’Evangile dans l’Empire.

Bien que l’Europe était largement dominée par l’Empire romain, celui-ci ne couvrait pas tout le continent. Il y avait donc beaucoup de tribus qui n’étaient influencées ni par les Juifs, ni par la civilisation gréco-romaine. La plupart d’entre elles résidaient en dehors des frontières romaines, mais de telles tribus subsistaient encore également au sein de l’Empire.

Et donc, durant ce mini-voyage, nous regarderons spécifiquement à la manière dont l’Evangile s’est répandu au sein de ces groupes.

Dans la Bible, nous trouvons déjà deux récits dans lesquels l’apôtre Paul entra en contact avec de telles tribus. Le premier était à Lystre et à Derbe (en Turquie actuelle, voir Actes 14 et 16). Le second était sur l’île de Malte, où nous nous rendons pour la première étape de cette série.

Nous allons donc à Marsaskala, à l’extrémité sud-orientale de l’île. Ce village côtier, connu en maltais comme Wied-il-Għajn (la vallée des sources) est de nos jours une station balnéaire. La découverte de catacombes chrétiennes ainsi que des ruines de bains romains dans les alentours suggère que Marsaskala a peut-être aidé un port romain. Le nom Marsaskala pourrait être une combinaison du mot arabe Marsa (baie) et du sicilien Skala (petit torrent). Ceci montre que Malte est un carrefour entre l’Europe et le monde arabe.

À Marsaskala, il y a aussi une promenade le long de la plage bordée de palmiers. Marchons donc sur celle-ci et asseyons-nous un instant sur un banc pour observer la baie de Saint-Thomas.

Pourquoi devrions-nous nous arrêter ici ?

Avant d’expliquer la raison, revenons sur le récit biblique qui mena Paul à Malte (Actes 27 et 28).

Paul, qui avait été fait prisonnier à Jérusalem, était envoyé à Rome pour y défendre sa cause devant l’empereur. Lors du voyage, Paul avait été divinement averti des dangers qui se profilaient et avait donc conseillé au centurion responsable du bateau de passer l’hiver en Crète. Néanmoins, le centurion décida de ne pas écouter ses conseils et de continuer la navigation.

Comme Paul l’avait prédit, une tempête se leva. Après deux semaines de difficultés, Paul reçut une révélation que, bien que le bateau serait perdu, tous les passagers seraient sauvés. Et c’est ce qui s’est finalement produit : le bateau fit naufrage près des côtes de Malte et tous les passagers atteignirent la côte sains et saufs.

Pourquoi donc sommes-nous assis ici, devant la baie de Saint-Thomas ? Ne devrions-nous pas nous tenir à l’autre extrémité de l’île, face à la baie de Saint-Paul, là où on a longtemps cru que le naufrage s’est produit ? 

Il y a quelques années, un explorateur américain étudia les indices d’Actes 27 (le vent du nord-est, une plage de sable, un récif, un endroit où les ‘eaux se rencontrent, une côte non reconnue…) et a supposé que la description ne correspondait pas à Saint-Paul, mais plutôt à l’endroit où nous sommes aujourd’hui.

Ses suppositions ont été plus amplement soutenues lorsqu’il découvrit que des plongeurs maltais avaient déjà trouvé quatre ancres en ce même endroit quelques années auparavant. Bien que trois d’entre elles ont disparu depuis lors, la quatrième est exposée au Musée maritime de Birgu, non loin d’où nous sommes aujourd’hui. Un professeur de l’Université de Malte a confirmé que l’ancre pourrait provenir d’un bateau romain de la même époque. Ceci, ainsi que d’autres points, semble confirmer que l’ancre aurait peut-être bien appartenu au bateau de Paul.

Mais comment Paul témoigna aux insulaires, lesquels n’étaient probablement influencés ni par les Juifs, ni par les Grecs ? Il n’utilisa pas la Torah comme il le fit auprès des Juifs. Il n’utilisa pas non plus la philosophie comme il le fit auprès des Grecs.

Ici, c’était les miracles que Dieu opéra à travers Paul qui amenèrent les insulaires à la connaissance de Dieu. Tout d’abord, Paul fut mordu par un serpent, et pourtant, ceci ne lui fut d’aucune conséquence. Ceci était un événement remarquable car les insulaires croyaient que la morsure d’un serpent était un jugement d’un de leurs dieux (par ailleurs, ceci montre que chaque croyance contient une certaine forme de compréhension du péché et du jugement). Ensuite, Paul guérit le père de l’officiel en chef de l’île. Et finalement, tous les malades de l’île vinrent à lui et furent guéris à travers ses prières.

Après ce voyage missionnaire imprévu de Paul, Malte est devenue depuis une nation amplement chrétienne. Ceci peut se voir à travers son histoire et son paysage architectural contenant beaucoup d’églises.

Lors des prochaines étapes, nous découvrirons comment certains successeurs de Paul amenèrent l’Evangile auprès d’autres tribus païennes.

A la semaine prochaine ailleurs en Europe 

Cédric Placentino

Responsable Centre Schuman pour l’Europe italienne et française

Suivez Un voyage européen ici.

Carte: https://d-maps.com/index.php?lang=fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top