skip to Main Content
(In)compréhensions Est-Ouest

(In)compréhensions Est-Ouest

La présidence roumaine du Conseil de l’Union européenne arrive à un moment délicat. Le Brexit n’est plus qu’une question de semaines. Les partis populistes menacent d’obtenir des sièges aux élections du Parlement européen,en mai. De profondes différences séparent l’Est et l’Ouest sur les politiques de migration. Le Ministre de la Justice de la Roumanie a rédigé un décret d’urgence autorisant les hommes politiques à annuler les condamnations pour corruption, y compris le chef du plus grand parti politique du pays.

Rien de tout cela ne contribue particulièrement à un climat d’optimisme.

Pourtant, la présidence de la Roumanie – de janvier à juin de cette année – offre la possibilité d’une meilleure compréhension Est-Ouest des Chrétiens soucieux de l’avenir de l’Europe. Les préparations vont bon train pour Le Forum sur l’état de l’Europe qui se tiendra à Bucarest, autour du 9 mai, jour de la journée de l’Europe. Je me rendrai prochainement dans la capitale roumaine, pour la troisième fois cette année, afin de finaliser la réservation des salles, le choix des orateurs et les dates exactes.

Le forum est un événement annuel que le Centre Schuman organise depuis 2011, dans la capitale du pays qui exerce la présidence, en commençant par Budapest jusqu’à La Valette en 2017 (Voir www.stateofeuropeforum.eu). Les rapports publiés des quatre derniers forums sont disponibles en anglais et couvrent un large éventail de sujets, avec la contribution de professionnels expérimentés. Le forum vise à promouvoir les perspectives bibliques dans les discussions entre les participants qui représenteront un large spectre de milieux et de disciplines chrétiens de toute l’Europe.

Ignorance occidentale

Organiser le forum dans un nouveau pays, chaque année, est un défi. Nous partons de zéro à chaque fois. Nous devons nouer de nouvelles relations avec des dirigeants d’église, du monde des affaires, de l’éducation, de la politique et des médias. Nous devons trouver de nouveaux lieux appropriés pour l’événement d’inauguration ouvert au public (une cathédrale, une église historique ou un centre culturel prestigieux) ainsi que pour le forum lui-même, pour les sessions plénières et pour les séminaires. Nous devons négocier le champ de mines des sensibilités politiques et de la politique de l’église pour entrer en contact avec les bonnes personnes, celles qui ont une passion de voir les plans de Dieu promus dans la société.

Le forum de Bucarest nous confronte, en Occident, avec notre manque de compréhension de l’arrière-plan de nos concitoyens européens de l’Est. La méconnaissance occidentale de l’héritage de Byzance, suivie de l’occupation ottomane et puis de décennies de communisme, ainsi que des présuppositions de supériorité culturelle du libéralisme séculier provoquent beaucoup de malentendus concernant les politiques de sexualité et de migration. Les Occidentaux ont tendance à penser que tous les Européens ont vécu et adopté la révolution culturelle des années 1960. Les bureaucrates occidentaux font souvent preuve de peu de sensibilité à l’égard de ceux qui sortent encore de l’ère postsoviétique, dans l’espoir que tous adhèrent aux normes libérales séculières, déguisées en ‘valeurs européennes’.

Le rythme auquel l’Union européenne s’est élargie au cours des dernières années, pour inclure de nombreux pays postcommunistes, a devancé la compréhension de l’Ouest par rapport à leurs nouveaux membres. Alors que la France et l’Allemagne ont connu une phase essentielle de pardon et de réconciliation après la guerre, permettant le lancement du projet européen, ce n’est pas le cas du communisme à l’Est. Le marais de la corruption n’a jamais été correctement drainé. Il n’y a pas eu d’équivalent de la Commission de vérité et de réconciliation d’Afrique du Sud pour l’Europe postcommuniste.

Nous avons besoin d’un cadre tel que le forum pour écouter, pour apprendre et pour dialoguer. Bien que tant l’Europe de l’Est que de l’Ouest aient des racines chrétiennes, partagent-elles les mêmes valeurs ? Quelles sont les points communs et quelles sont les différences ?

Mystique

La semaine dernière à Bucarest, j’ai demandé à un ancien ministre du travail qui envisage de faire partie du forum pourquoi, selon lui, L’indice de perceptions de corruptions tendait à classer les pays protestants et catholiques comme moins corrompus que les pays orthodoxes (voir la carte ci-dessus – plus la couleur est claire, moins la corruption est grande). Alors que l’Europe occidentale et l’Union européenne ont obtenu une note moyenne de 66 %, les scores de la Roumanie (47), de la Grèce (45) et de la Bulgarie (42) ont été nettement inférieurs. Croyant orthodoxe actif, sa réponse fut que, bien que la corrélation ne suggère pas nécessairement une causalité, la théologie occidentale avait été davantage influencée par la philosophie rationnelle d’Aristote, tandis que la théologie orientale était plus platonique et mystique. L’Orthodoxie ne s’est pas donc pas concentrée sur la vie ici et maintenant. La théologie occidentale, et en particulier la théologie protestante, qui met l’accent sur la conscience personnelle et la responsabilité, jette les bases d’une réduction de la corruption.

Comprendre l’Europe, de l’Est et de l’Ouest, exige une compréhension des racines et de l’histoire, trop souvent manquante dans la perspective séculière dominante du court-terme et focalisée sur le présent. Nous avons convenu qu’il s’agirait d’une discussion de groupe importante pendant le forum.

Alors que le Brexit et ses effets font actuellement l’objet d’une attention soutenue, il en résultera un déplacement du centre de gravité vers l’Est au sein de l’Union européenne. La Roumanie souhaite mettre à profit sa présidence pour favoriser l’adhésion de l’Albanie et de la Macédoine du Nord (nouvellement renommée) à l’Union européenne. Plus à l’est encore, les pays du partenariat oriental, y compris la Géorgie, l’Ukraine, l’Azerbaïdjan et la Moldavie (les nations dites GUAM) frappent également à la porte de l’Union européenne.

Il est temps pour nous de travailler à une meilleure compréhension Est-Ouest. Le forum sera un bon endroit où commencer.

Rien de tout cela ne contribue particulièrement à un climat d’optimisme.

Pourtant, la présidence de la Roumanie – de janvier à juin de cette année –offre la possibilité d’une meilleure compréhension Est-Ouest des Chrétiens soucieux de l’avenir de l’Europe. Les préparations vont bon train pour Le Forum sur l’état de l’Europe qui se tiendra à Bucarest, autour du 9 mai, jour de la journée de l’Europe. Je me rendrai prochainement dans la capitale roumaine, pour la troisième fois cette année, afin de finaliser la réservation des salles, le choix des orateurs et les dates exactes.

Le forum est un événement annuel que le Centre Schuman organise depuis 2011, dans la capitale du pays qui exerce la présidence, en commençant par Budapest jusqu’à La Valette en 2017 (Voir www.stateofeuropeforum.eu). Les rapports publiés des quatre derniers forums sont disponibles en anglais et couvrent un large éventail de sujets, avec la contribution de professionnels expérimentés. Le forum vise à promouvoir les perspectives bibliques dans les discussions entre les participants qui représenteront un large spectre de milieux et de disciplineschrétiensde toute l’Europe.

Ignorance occidentale

Organiser le forum dans un nouveau pays, chaque année, est un défi. Nous partons de zéro à chaque fois. Nous devons nouer de nouvelles relations avec des dirigeants d’église, du monde des affaires, de l’éducation, de la politique et des médias. Nous devons trouver de nouveaux lieux appropriés pour l’événement d’inauguration ouvert au public (une cathédrale, une église historique ou un centre culturel prestigieux) ainsi que pour le forum lui-même, pour les sessions plénières et pour les séminaires. Nous devons négocier le champ de mines des sensibilités politiques et de la politique de l’église pour entrer en contact avec les bonnes personnes, cellesqui ont une passion de voir les plans de Dieu promus dans la société.

Le forum de Bucarest nous confronte, en Occident, avec notre manque de compréhension de l’arrière-plan de nos concitoyens européens de l’Est. La méconnaissance occidentale de l’héritage de Byzance, suivie de l’occupation ottomane et puis de décennies de communisme, ainsi que des présuppositions de supériorité culturelle du libéralisme séculier provoquent beaucoup de malentendus concernant les politiques de sexualité et de migration. Les Occidentaux ont tendance à penser que tous les Européens ont vécu et adopté la révolution culturelle des années 1960. Les bureaucrates occidentaux font souvent preuve de peu de sensibilité à l’égard de ceux qui sortent encore de l’ère postsoviétique, dans l’espoir que tous adhèrent aux normes libérales séculières, déguisées en ‘valeurs européennes’.

Le rythme auquel l’Union européenne s’est élargie au cours des dernières années, pour inclure de nombreux pays postcommunistes, a devancé la compréhension de l’Ouest par rapport à leurs nouveaux membres. Alors que la France et l’Allemagne ont connu une phase essentielle de pardon et de réconciliation après la guerre, permettant le lancement du projet européen, ce n’est pas le cas du communisme à l’Est. Le marais de la corruption n’a jamais été correctement drainé. Il n’y a pas eu d’équivalent de la Commission de vérité et de réconciliation d’Afrique du Sud pour l’Europe postcommuniste.

Nous avons besoin d’un cadre tel que le forum pour écouter, pour apprendre et pour dialoguer. Bien que tant l’Europe de l’Est que de l’Ouest aient des racines chrétiennes, partagent-elles les mêmes valeurs ? Quelles sont les points communs et quelles sont les différences ?

Mystique

La semaine dernière à Bucarest, j’ai demandé à un ancien chef de cabinet ministériel qui envisage de faire partie du forum pourquoi, selon lui, L’indice de perceptions de corruptions tendait à classer les pays protestants et catholiques comme moins corrompus que les pays orthodoxes (voir la carte ci-dessus – plus la couleur est claire, moins la corruption est grande). Alors que l’Europe occidentale et l’Union européenne ont obtenu une note moyenne de 66 %, les scores de la Roumanie (47), de la Grèce (45) et de la Bulgarie (42) ont été nettement inférieurs. Croyant orthodoxe actif, sa réponse fut que, bien que la corrélation ne suggère pas nécessairement une causalité, la théologie occidentale avait été davantage influencée par la philosophie rationnelle d’Aristote, tandis que la théologie orientale était plus platonique et mystique. L’Orthodoxie ne s’est pas donc pas concentrée sur la vie ici et maintenant. La théologie occidentale, et en particulier la théologie protestante, qui met l’accent sur la conscience personnelle et la responsabilité, jette les bases d’une réduction de la corruption.

Comprendre l’Europe, de l’Est et de l’Ouest, exige une compréhension des racines et de l’histoire, trop souvent manquante dans la perspective séculière dominante du court-terme et focalisée sur le présent. Nous avons convenu qu’il s’agirait d’une discussion de groupe importante pendant le forum.

Alors que le Brexit et ses effets font actuellement l’objet d’une attention soutenue, il en résultera un déplacement du centre de gravité vers l’Est au sein de l’Union européenne. La Roumanie souhaite mettre à profit sa présidence pour favoriser l’adhésion de l’Albanie et de la Macédoine du Nord (nouvellement renommée) à l’Union européenne. Plus à l’est encore, les pays du partenariat oriental, y compris la Géorgie, l’Ukraine, l’Azerbaïdjan et la Moldavie (les nations dites GUAM) frappent également à la porte de l’Union européenne.

Il est temps pour nous de travailler à une meilleure compréhension Est-Ouest. Le forum sera un bon endroit où commencer.

Jeff Fountain

Directeur Schuman Centre

Pour plus d’articles de Jeff Fountain, visitez weeklyword.eu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top