skip to Main Content
Un Voyage Européen #91 – Yerevan (Arménie)

Un Voyage européen #91 – Yerevan (Arménie)

Séries d'articles : Arménie
  • 1.Un Voyage européen #91 – Yerevan (Arménie)

Avec Israël, l’Arménie partage probablement le triste record d’être parmi les nations les plus persécutées au cours des siècles. Et pourtant, envers et contre tout, l’Arménie a réussi à maintenir en vie son histoire et son identité. Néanmoins, ceci ne s’est pas produit simplement par chance ou uniquement par efforts humains.

Pour découvrir la source principale de la préservation de l’histoire et de l’identité de l’Arménie, nous visiterons sa capitale, Yerevan.

Yerevan est située à 60 km au nord du mont Ararat, où l’arche de Noé a fini sa course après le Déluge. La ville fut fondée au 8ème siècle av. J.-C. et, comme on peut l’imaginer, il y a beaucoup de choses à visiter ici. Cependant, l’endroit que nous allons visiter aujourd’hui est un parc situé dans un faubourg à sept kilomètres du centre-ville. Le parc porte le nom de Fridtjof Nansen, un Norvégien qui a secouru beaucoup d’Arméniens lors de l’effroyable génocide arménien organisé par le gouvernement turc au cours de la première Guerre mondiale.

Au centre du parc, il y a une statue en bronze d’un homme tendant son arc, prêt à tirer une flèche. Cet homme s’appelle Hayk le Grand et il est le fondateur de la nation arménienne il y a plus de quatre mille ans. Que cette histoire soit vraie ou pas, de manière assez remarquable, les récits de sa vie ont survécu jusqu’à nos jours. Voici ce que ceux-ci disent :

Hayk était l’arrière-petit-fils de Japhet, par conséquent l’arrière-arrière-petit-fils de Noé. Il vécut à Babylone (près de l’actuelle Bagdad, en Irak) lorsque la tour de Babel était en construction. Après que Dieu mit un terme soudain au projet en confondant la langue du peuple, Hayk quitta Babylone et s’établit dans les montagnes d’Arménie avec ses descendants, formant ainsi une première communauté de trois cents personnes.

Bel, le dirigeant tyrannique de Babylone, probablement identifié comme Nimrod dans la Bible, commanda Hayk à revenir dans la ville et à se rendre. Le dirigeant arménien refusa et, par conséquent, Bel partit à sa rencontre avec une énorme armée. Hayk, en revanche, avait une troupe très petite, mais malgré tout, ils marchèrent vers l’armée babylonienne et s’engagèrent dans une bataille près du Lac Van, une région qui est aujourd’hui sous domination turque. Contre toute attente, Hayk et sa petite troupe renversa la puissante armée babylonienne.

Bel et les survivants de l’armée babylonienne cherchèrent à s’échapper. Hayk, cependant, ne céda pas. Il poursuivit le dirigeant babylonien jusqu’à ce qu’il le capture et le tue. Il embauma ensuite son corps et l’enterra finalement sur une colline d’Arménie afin que toutes les générations successives préservent la mémoire de sa victoire. Tout naturellement, Hayk devint un héros pour la nation et la statue dans ce parc est une preuve qu’il est toujours commémoré en tant que tel de nos jours.

Même s’il est impossible de vérifier la véracité de ces récits, l’Arménie est néanmoins une nation qui a réussi à préserver son histoire depuis les temps anciens. Comment ceci fut possible ? L’explication principale que nous pouvons pourvoir est simplement à travers l’impact précoce que la Bible a eu dans cette nation.

Après le Déluge, Dieu commença une nouvelle humanité dans la région proche du mont Ararat à travers Noé et ses fils. Ceci pourrait signifier que l’Arménie est la nation la plus antique du monde. Cependant, la foi chrétienne commença à se répandre dans le territoire peu de temps après la mort et la résurrection du Seigneur Jésus-Christ. Moins de trois siècles plus tard, l’Arménie devint le premier royaume à adopter le christianisme comme seule foi officielle, en 301.

Etant donné que l’Arménie était un royaume chrétien officiel, la cour reconnaissait l’importance de l’enseignement de la Parole de Dieu pour toute la nation. Et donc, quelques décennies après l’adoption officielle du christianisme en Arménie, un moine appelé Mesrop Mashtotscréa un alphabet écrit et traduisit ensuite la Bible en langue arménienne.

La création de l’alphabet arménien et la traduction de la Bible lancèrent le développement de plusieurs domaines de connaissance qui se révèleront cruciaux pour la survie de la nation arménienne. Par exemple, Koriun, un des disciples de Mashtots, écrivit la biographie de son maître La vie de Mashtots, et devint donc le premier auteur à écrire en arménien. Movses Khorenatsiétait un autre disciple de Masthots qui écrivit le premier livre de l’histoire arménienne, tout simplement appelé Histoire d’Arménie. Aujourd’hui, Khorenatsi est considéré comme le Père de l’histoire arménienne.

Les événements que j’ai mentionné ci-dessus furent vitaux pour l’avenir de l’Arménie. La connaissance de la Parole de Dieu généra la création de l’alphabet arménien, le développement de la littérature arménienne ainsi que de son histoire écrite. Chacun de ces domaines devinrent cruciaux pour la survie de la nation.

Quelques siècles plus tard, le royaume d’Arménie perdit son indépendance et fut incorporé successivement dans l’Empire iranien, l’Empire ottoman, l’Empire russe et finalement l’Union soviétique. Cependant, ni les siècles de domination islamique, ni la religion communiste athée du vingtième siècle n’ont pu déraciner la foi chrétienne de l’Arménie.

La préservation de l’identité et de l’histoire d’Arménie ne s’est pas produite par chance. Elle est le fruit de l’influence fantastique que l’Evangile a eu parmi le peuple arménien.

A la semaine prochaine ailleurs en Europe.

Cédric Placentino

Suivez Un Voyage européen ici.

Photo: Source: Wikipedia – Utilisateur: Armineaghayan – Licence: https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/legalcode

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top