skip to Main Content
Relationnisme: Poursuivre Une Vision Biblique Pour La Société (1ère Partie)

Relationnisme: Poursuivre une vision biblique pour la société (1ère partie)

Après la série ‘Réforme sociale chrétienne: quel est l’agenda?’, Dr. Michael Schluter continue en abordant de manière plus approfondie le thème du relationnisme, lequel a le potentiel de provoquer une nouvelle Réforme biblique dans nos sociétés modernes. Pour lire l’étude complète en anglais, cliquez ici. Pour lire d’autres articles du Jubilee Centre en français, cliquez sur le tag ‘Jubilee Centre’ juste en-dessous de cette article.

Il est désormais axiomatique que la grande idée est un concept anachronique. Le thème central que les groupes de réflexions partagent est que la société est devenue trop diversifiée et fragmentée pour être réduite à de simples concepts organisateurs tels que le marché ou le socialisme.

Richard Cockett, The Times, 8 août 1994

Résumé

Cet essai raconte l’histoire de ma recherche, au cours des vingt dernières années[1], pour trouver un paradigme social alternatif qui est plus proche des normes bibliques que le capitalisme démocratique ou le socialisme de marché. L’enseignement biblique sur la question est trouvé dans la loi de l’Ancien Testament, où Dieu pourvoit un cadre normatif pour la société israélite. Jésus dit que la loi biblique dépend du commandement double d’aimer Dieu et d’aimer son prochain. L’amour n’est pas un terme d’économie ou des finances, mais le langage des relations, d’où le terme Relationnisme. Les principes de la loi biblique, interprétés en termes relationnel, offrent une base cohérente pour la politique publique et pour les décisions de style de vie personnel. Donc, le Relationnisme offre une belle perspective pour une réforme de la société, à condition qu’il ne soit pas coupé de ses racines dans la révélation biblique.

Avons-nous encore besoin de la ‘Grande Idée’?

La chute du Mur de Berlin marqua un tournant. Le temps des grands principes en politiques est désormais révolu. Ce qui est bon est ce qui fonctionne. La politique devrait être évaluée selon le seul critère pragmatique: si ça fonctionne, utilisons-le; si ça ne fonctionne pas, abandonnons-le. C’est une période de politique à approche individualisée, au moment où une société plurielle doit vivre avec des visions multiples de ce qui est socialement désirable.

Cependant, l’approche pragmatique a des problèmes. Il faut beaucoup de temps pour observer la pleine mesure de la politique, et donc, même par son propre critère, le pragmatisme est expérimentalement dangereux. Plus fondamentalement, les politiques sont rarement, si pas jamais, neutres. La prévoyance retraite, par exemple, implique un choix entre la responsabilité de l’individu, de la famille et de l’Etat. Le régime fiscal et le système d’allocation peut soutenir le mariage ou rendre la cohabitation financièrement plus attrayante. Une plateforme politique construite sur une approche au cas par cas sera probablement pleine de contradictions internes.

Depuis l’engagement de Margaret Thatcher envers l’économie de marché, il a eu très peu de tentatives d’esquisser une vision sociale cohérente. Le mouvement communautaire exige qu’une plus grande attention soit donnée aux questions de citoyenneté et de communauté, mais ne parvient pas à remédier les causes de l’individualisme grandissant. Le mouvement Vert a gagné une place dans l’agenda national, mais reste secondaire à côté de nombreuses préoccupations politiques centrales telles que le chômage urbain et l’avenir de la soins de santé.

Certains se rappellent avec nostalgie des rêves utopiques du passé chrétien. La vision de la Réforme de ‘République chrétienne’ peut être attirante, mais comment restaurerons-nous d’abord une croyance généralisée en Dieu suffisamment forte pour façonner le comportement personnel ? De même, l’idéal socialiste chrétien paraît irrémédiablement défectueux lorsque le contrôle de l’économie de l’Etat se trouve réduit à frapper de temps à autres nerveusement à la porte des entreprises.

Rechercher une alternative au capitalisme, au marxisme et au socialisme

Ma recherche pour une vision sociale alternative construite sur des fondements bibliques remonte à il y a plus de vingt ans. L’histoire commence en Afrique de l’Est dans les années 1970. Le Kenya était à l’époque au centre d’un débat idéologique. En Tanzanie voisine, Nyerere instaurait le ‘socialisme ujamaa’, lequel comportait le retrait forcé des paysans de leurs fermes traditionnelles vers des villages. Au nord, le règne autocrate d’Hailé Sélassié était sur le point d’être remplacé par un régime marxiste répressif. Même au Kenya, le capitalisme à peine contrôlé générait des inégalités de revenus extrêmes. Les dirigeants africains chrétiens recherchaient une réponse biblique à ces régimes.

A la même époque, la réflexion chrétienne en Grande-Bretagne se focalisait sur l’identification des principes bibliques permettant d’analyser la politique publique. La gauche mettait l’accent sur la justice, la droite insistait sur la responsabilité. Cependant, de tels principes généraux étaient inadéquats pour évaluer la villagisation obligatoire en Tanzanie. L’histoire circulait que Nyerere aurait demandé aux évêques en Tanzanie d’évaluer ses décisions politiques. Etant donné qu’ils n’avaient rien à dire, il leur demanda de le soutenir publiquement. N’y avait-il vraiment aucune base biblique pour l’évaluation critique ?

Mes discussions avec Roy Clements, à l’époque pasteur de l’Eglise baptiste de Nairobi, pointaient vers un regard neuf sur la loi de l’Ancien Testament en tant que fondement éthique pour la vie publique. L’éthique du Nouveau Testament était donnée en grande partie aux Chrétiens : elle présupposait la présence du Saint-Esprit et était donnée pour guider les individus et l’église plutôt que le comportement de la société. Donc, le commandement de Jésus de ‘tourner l’autre joue’ n’est pas une base appropriée pour juger les voleurs armés dans une cour de justice. Jésus lui-même se référait à la loi de l’Ancien Testament comme la source d’enseignement éthique donnée par Dieu lorsqu’il exhortait ses disciples à agir en tant que sel et lumière dans la société, dans la tradition des prophètes (Matthieu 5:11-20). Il précise que la loi biblique continue à être la norme de Dieu pour la société non régénérée (Matthieu 5:17-19), donnée en partie comme un arrangement pour la dureté du cœur de l’homme (Matthieu 19:8).

Depuis l’été 1975, nous avons entrepris une étude soigneuse et systématique du système politique, économique et social contenu dans la Loi de Moïse. Ceci s’est avéré être une initiative riche et gratifiante. Même si les lois semblaient, en premier lieu, être une collection aléatoire, une étude plus rapprochée révélait une consistance interne remarquable. Les thèmes imbriqués qui émergeaient seront considérés plus tard. Il suffit de dire qu’ici se trouvait un modèle cohérent d’économie politique qui avait une pertinence évidente pour les questions auxquelles nous avions cherché de répondre en Afrique de l’Est.

(La deuxième partie sera publiée la semaine prochaine)

Michael Schluter

Dr Michael Schluter a un doctorat en économie agricole de l’Université Cornell (USA). Il est le fondateur du Jubilee Centre et de la Relationship Foundation. Il a aussi travaillé en tant qu’économiste pour la Banque mondiale.

Nos remerciements envers le Jubilee Centre. Pour plus d’informations, visitez le site web http://www.jubilee-centre.org.


[1]Cet article avait été écrit en décembre 1997

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top