skip to Main Content
Comment La Bible A Façonné L’Occident?

Comment la Bible a façonné l’Occident?

Un discours de Vishal Mangalwadi à Budapest (mai 2011), lors duquel il formulait sa vision pour que le Centre Schuman pour les études européennes devienne une force luttant pour l’âme de l’Europe.

L’histoire de Robert Schuman et de la manière dont l’Europe commença nous pousse à réfléchir car c’était il y a soixante ans. L’Union européenne avait été établie afin qu’il n’y ait plus de guerre mais plutôt l’unité en Europe.

L’édition de ce mois du magazine Foreign Affairs contient plusieurs articles sur la question de savoir si l’ascension de la Chine mènera à une troisième Guerre mondiale ou pas. Un des arrière-plans de ces articles était le livre de Niall Ferguson L’Irrésistible Ascension de l’argent. Cet historien britannique, qui a enseigné à l’Université Harvard, gagne une influence énorme au sein de la communauté intellectuelle. Il est le gourou intellectuel de beaucoup de personnes clés dans les médias importants comme CNN.

Dans le Time Magazinede mars 2011, Fareed Zakaria argumentait que l’Amérique était en déclin et devait être détruite car c’était la seule base pour une possibilité de la reconstruire, une sorte de destruction créative. Dans L’Irrésistible Ascension de l’Argent, Ferguson argumente que tout est en place pour une autre guerre, à cause de la mondialisation des finances. Il affirme que les première et seconde guerres mondiales étaient un résultat de la mondialisation des finances, et qu’une phase similaire est donc en place aujourd’hui.

Schuman et ses deux autres amis catholiques romains étaient capables de parler de la reconstruction de l’Europe, de construire la paix, fort heureusement parce qu’ils n’étaient pas contaminés par l’eschatologie protestante, et en particulier par l’eschatologie américaine. Ils n’auraient pas pu avoir rêvé de reconstruire l’Europe s’ils avaient étudié au Séminaire théologique Fuller, parce que l’évangélicalisme américain ne peut même pas définir ce qu’est une nation.

Lorsque Dieu dit ‘Je ferai de toi une grande nation’, si cela signifie une ethnicité, alors cette vision de production de charbon et de l’acier, c’est-à-dire d’avoir une coopération internationale et de construire une Europe grande et prospère, ‘une terre où coule le lait et le miel’, ne rentre pas dans cette vision là.

Rétablir le rêve européen

Le Centre Schuman pour les études européennes commence à affronter cette réalité et a pour objectif de rétablir ce rêve d’il y a soixante ans, de construire une Europe grande et paisible, d’être une bénédiction pour l’Afrique et pour toutes les nations de la terre. Ceci était la promesse de Dieu à Abraham : ‘Je ferai de toi une grande nation et à travers toi, je bénirai toutes les nations. Je rendrai grandes toutes les nations’. Cette vision requiert une compréhension de ce qu’est une nation. Fort heureusement, l’autre facette du fait que c’était trois catholiques qui avaient une vision pour l’Union européenne était que leur compréhension d’une nation était bien différente.

La Réforme protestante ne signifiait pas simplement une rupture avec l’Eglise catholique romaine. C’était une rupture du Saint-Empire romain. Le concept d’État-nation était né (par exemple, les sept provinces de Hollande devinrent la République des Provinces-Unies des Pays-Bas). Était-ce là une compréhension biblique de ce qu’est une nation? Si oui, est-ce que cela pouvait être appliqué à tous les États d’Europe? De plus, est-ce qu’une nation peut être redéfinie, non pas simplement pour construire une grande Europe mais aussi pour construire une grande Afrique? Ce sont des nations que le Centre Schuman pour les Études européennes doit en effet étudier, parce que même si une guerre ne devait pas se produire, un effondrement économique est dans le domaine du possible.

L’effondrement de l’économie américaine aurait certainement des effets dévastateurs en Europe. Dans ce cas, beaucoup de présuppositions fondamentales devraient être redéfinies. Des discussions théologiques devraient se produire. L’eschatologie devrait être repensée. Nous devrions reconsidérer si la supposition de Martin Luther, que l’antichrist devait venir de Rome, était correcte ou pas. Et par conséquent, nous devrions repenser si la tradition protestante était correcte ou pas à ce sujet là. Ce sont des questions que nous devrions discuter et débattre honnêtement si une nouvelle Europe doit être construite.

The Book That Made Your World[1]

Mon nouveau livre The Book That Made Your World aurait dû être dédié à Prabhu Guptara ici présent. Il a été mon frère ainé, mon mentor et une source constante de soutien et de conseils pendant les douze années au cours desquelles j’ai travaillé pour ce livre. J’ai cependant choisi de dédier le livre à Arun Shourie, et je crois que Prabhu sera d’accord avec ça. Il est membre du Parlement indien et était ministre pour le Parti militant hindou qui dirigeait le pays pendant plusieurs années. Il était aussi le directeur de la plus grande chaine de presse en Inde.

Arun Shourie avait lancé l’attaque la plus féroce en Inde contre les missions chrétiennes, les considérant, non pas comme une tentative de bénir l’Inde mais de la soumettre. Il lança l’attaque la plus féroce contre la Bible, revendiquant qu’elle était irrationnelle et pleine d’absurdités et de contradictions, une œuvre n’ayant de valeur que pour les idiots. J’ai donc décidé lui dédier ce livre étant donné qu’il a secoué la confiance en la Parole de Dieu de beaucoup de Chrétiens en Inde. Je remercie également Os Guinness ici présent qui était un des premiers à m’encourager à commencer le livre et d’en faire une série de documentaires télévisés, ce qui ne s’est pas encore produit.[2]

J’ai commencé à étudier sérieusement cette question car, en 1980, le superintendant de la police de ma ville, un district où je travaillais avec les pauvres, m’invita dans son manoir datant des temps coloniaux à Bangalore. Il m’offrit du thé, des biscuits et d’autres spécialités indiennes pendant qu’il était au téléphone, parlant avec des officiers de police et leurs donnant des ordres. Ensuite, il s’assit et me dit qu’il avait lu les bonnes critiques de mon premier livre The World of Gurus.[3]

Il avait entendu de la bouche de beaucoup d’élites du district ce que je faisais pour les pauvres, ce que personne en Inde avait fait auparavant. Ensuite il me dit : « Avec tout le respect que j’ai pour vous et pour ce que vous faites, je vous ai appelé ici pour vous demander d’annuler votre réunion de prière que vous avez prévu pour mercredi prochain, et je veux que vous compreniez que si vous ne l’annulez pas, je vous tuerai personnellement! »

Il y avait là une contradiction entre la manière dont il me traitait et ce qu’il me disait. Je ne pouvais donc pas le prendre au sérieux. Et il avait compris que je ne le prenais pas au sérieux parce qu’il passa une heure à me raconter comment il avait tué beaucoup de personnalités publiques durant sa carrière de policier sans avoir été jugé, sans aucun juge ou aucune cour de justice concernés. Il insistait que si je n’annulais pas cette réunion, il me tuerait. Je lui ai répondu : « Laissez moi parler à ma femme pour lui demander si elle est d’accord devenir veuve et ensuite je déciderai. »Nous avons donc parlé de cela et avons prié avec notre communauté. Nous avons décidé qu’il existait une Parole au-delà de la parole des hommes, des rois, des gouvernements et des autorités, et nous devons obéir à cette Parole, nous devons faire ce que nous avons à faire et l’État peut faire ce qu’il veut et ce qu’il a besoin de faire. Heureusement, la presse locale m’a soutenu et finalement je n’ai été que jeté en prison. Je me demandais quand même s’il allait me tuer dès ma sortie. 

Ces jours en prison devinrent un excellent temps de retraite, lorsque j’étais capable de penser réellement à la manière dont l’Occident avait été capable de créer des nations justes, libres et prospères. Étant donné que je travaillais avec les pauvres, cherchant de changer leur destinée, je me demandais comment nous pouvions apporter un tel changement? Que pouvais-je apprendre de l’Occident? À cette époque, je supposais que l’Occident était un endroit civilisé qui avait réussi à établir l’État de droit, où un officier de police ne pouvait pas simplement tuer un agent public innocent. Certaines choses changent aujourd’hui.

Légitimité et justice

Lorsque le Président américain Barack Obama venait d’avoir tué Osama Bin Laden, il avait dit que justice avait été faite. Ce n’était certainement pas une justice civile. Ce n’était même pas une guerre juste. Si Obama Bin Laden avait tiré en riposte sur le soldat qui lui tirait dessus, cela aurait été une guerre juste. Mais il était désarmé dans son lit. Était-ce légitime? Oui! Osama Bin Laden avait lancé une guerre et cette guerre l’a tué. C’est ce que Barack Obama a dit. Ce serait légitime et correcte. Mais était-ce juste? Est-ce que justice avait été faite?

Le problème est que des universités comme Harvard ne peuvent plus parler de justice. Le terme guerre justeest une invention de la théologie médiévale européenne et même nord-africaine (à travers Thomas d’Aquin, Saint-Augustin et d’autres). Elle présuppose qu’il y a un Dieu dont la Loi et la Parole devait régner : que le droit devrait avoir la précédence sur la force. Donc, bien que l’action du Président Obama était légitime, même si ce n’était pas justice, que pouvons-nous dire de ce que la Grande-Bretagne et la France font lorsqu’ils tuent les petits-enfants de Mouammar Kadhafi en Lybie? Est-ce que la pensée occidentale est réellement incapable de distinguer entre la justice et l’injustice?

Dans le film Avatar, James Cameron montre l’avenir possible du monde (avatar est un mot indien signifiant incarnation). Avant, les héros d’Hollywood sauvaient le monde des méchants qui venaient de l’espace pour détruire la terre. Maintenant, Cameron dit qu’on aura besoin d’une incarnation pour sauver le monde et l’espace de l’Amérique, parce que cette terre deviendrait la plus grande terreur du monde, une économie gouvernée par la cupidité et soutenue par une armée technologiquement invincible.

L’antichirst du 20ème siècle fut donné par l’Europe, par la première nation protestante, l’Allemagne. Est-ce que l’Amérique pourrait donner l’antichrist du 21èmesiècle? Cameron dit qu’elle le peut et qu’elle le fera, à moins qu’il y ait une incarnation, un humain recréé, parce qu’aucune puissance politique ou militaire ne peut réellement résister contre l’Amérique. Ce sont donc des questions sérieuses.

L’unité européenne

Je suis très heureux que le Centre Schuman pour les Études européennes prend en main le défi d’aborder ces questions en mettant sur pied un groupe de réflexion. Voici pourquoi : étudier et penser à ceci est en réalité la responsabilité première avant toute action. La théologie évangélique américaine ne serait pas intéressée par ces choses car elle attend l’antichrist. C’est une invention de l’eschatologie américaine et non une idée biblique.

La théologie évangélique américaine attend l’enlèvement, c’est-à-dire que nous devrions être enlevés et par conséquent nous ne devrions pas construire une Europe paisible pouvant transformer l’Afrique, l’Asie et d’autres nations. C’est le genre de défi que vous prenez en main et qui exigera des décisions très consciencieuses. Est-ce réellement la mission de Dieu? Dieu était-il sérieux quand il disait : « Je ferai de toi une grande nation et à travers toi, je rendrai toutes les nations de la terre grandes? » Est-ce vraiment ce qu’Il veut faire?

Pour accomplir cela, aussi bien le Protestantisme que le Catholicisme romain devront changer. Des gens du style de Robert Schuman devront être d’accord avec la compréhension d’une définition biblique de ce qu’une nation est et de ce à quoi elle ressemblerait à l’avenir. C’était acceptable que Schuman ne la possédait pas mais c’est cependant une faiblesse du Catholicisme romain. La réalité est qu’avant la Réforme, le Catholicisme avait uni la majorité de l’Europe. Ensuite la Réforme brisa cette unité. Et aujourd’hui, l’Union européenne est devenue une tentative d’unir l’Europe par les moyens de l’humanisme séculier, du modernisme et du postmodernisme, sur base du rationalisme et de l’économie. Ceci est un problème! 

L’humanisme séculier ne peut pas soutenir l’Europe car il ne peut pas créer d’église. Le sécularisme ne peut même pas créer ou soutenir une famille. La culture des droits détruira aussi bien le capitalisme américain que la sécurité sociale, les systèmes de pensions et de soins de santé européens.

La réponse finale à ces questions est le cinquième commandement : ‘Enfants, honorez votre père et votre mère.’Ceci présuppose une vision de la famille, des parents faisant et élevant des enfants et des enfants honorant leur père et leur mère. Ce sont des questions que l’humanisme séculier ne peut aborder. Le genre de système économique qui a grandi lors des soixante dernières années en Amérique et en Europe doit s’effondrer. Mais s’il doit être reconstruit, ces questions, qui sont profondément philosophiques, théologiques, morales et éthiques, doivent être abordées.

Clouer nos thèses

Quelle est donc ma vision pour le Centre Schuman pour les Études européennes? D’ici 2017, lorsque le 500èmeanniversaire de la Réforme sera célébré, la bataille pour l’âme de l’Europe sera bien en marche. Qui la façonnera? De quoi sera-t-elle faite? D’où viendra son ADN, ses idées philosophiques, éthiques, morales et politiques de base? Quelle sera sa philosophie de la guerre et de la justice? D’où viendra-t-elle?

Il n’est pas suffisant que l’Église enseigne une vision biblique du monde et qu’elle évangélise. Luther n’enseignait pas une vision du monde chrétienne. Lorsqu’il cloua ses nonante-cinq thèses à l’Église du Château de Wittenberg, il n’enseignait pas simplement des maximes telles que la justification par la foi seule ou la grâce seule ou les Écritures seules. Il contestait tout ce que son université enseignait ainsi que tout ce que les universités d’Europe enseignaient. Il contestait ce que l’Église enseignait et ce que l’État croyait.

Lors des prochaines années, lorsque votre groupe de réflexion sera actif, vous devrez maitriser le courage de confronter vos rivaux, de clouer vos thèses, et je pense que cela devra se faire sur internet. Je propose que vous créiez une sorte de Wikipédia au sein duquel tout ce qu’un professeur enseigne en Europe serait écrit. Cette bibliothèque expliquerait aux étudiants ce qui est faux avec l’enseignement de leurs professeurs, quelles questions devraient être posées et quelle est la vérité. Cela aiderait les étudiants à savoir comment discuter et trouver la vérité.

Imaginez une classe de cours où un professeur donne une leçon d’économie, d’histoire ou de tout autre sujet. Pendant que le professeur enseigne, un étudiant est sur son téléphone ou son iPad, ayant déjà écouté la même leçon donnée par le même professeur l’année précédente, et ayant aussi lu les commentaires du groupe de réflexion reliés à ce sujet. L’étudiant connaitrait le genre de questions qu’il poserait au professeur. Il lèverait la main, poserait la question et confronterait le professeur.

C’est ce genre de chose que Luther avait fait, ce qui provoqua les étudiants à remettre au cause la sagesse des universités. C’est ce genre de choses que fait le livre The Book That Made Your World. Et c’est ce que je vous propose, comme défi pour le Centre Schuman pour les Etudes européennes, si vous voulez être une force luttant pour l’âme de l’Europe. Vous devriez créer une révolution intellectuelle dans laquelle chaque étudiant dans chaque classe de cours peut commencer à démolir la pensée séculière, la pensée païenne ou la pensée postmoderne, et ensuite accéder à la vérité dans le but de devenir une grande Europe et une bénédiction pour le monde entier.

Vishal Mangalwadi

Philosophe chrétien, conférencier, réformateur et éditorialiste indien. Auteur de The Book that Made your World et de This Book Changed Everthing.


[1]Le livre qui a fait votre monde (pas encore disponible en français en 2019)

[2]Six ans plus tard, en 2017, Vishal Mangalwadi créa une séries de podcasts. Pour plus d’informations, visitez truthmatters.tv

[3]Le monde des gourous (n’existe pas en français)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top