skip to Main Content
Brexit Et La Frontière Irlandaise

Brexit et la frontière irlandaise

Nous publions aujourd’hui l’édition numéro 74 du Baldaquin de prière. Pour plus d’informations, visitez https://www.canopyofprayer.eu

Chers amis priant pour l’Europe,

La Bible dit : « Éternel, tu nous donnes la paix; Car tout ce que nous faisons, C’est toi qui l’accomplis pour nous. » (Esaïe 26:12). De bien des manières, la paix en Irlande du Nord a été un don que nous avons considéré comme acquis. Il est bien trop facile d’oublier à quel point il a été difficile de l’atteindre et à quel point il était pénible de faire les compromis nécessaires. Afin d’éviter une réapparition catastrophique du conflit et une aggravation de la division ici, un compromis sera de nouveau nécessaire. Un tel compromis signifie un refus d’être intimidés par la peur et une lucidité de vision pour le bien commun. La paix n’est pas la même chose que la satisfaction ; cela peut signifier une agitation pour le droit, la vérité et la justice. La paix n’est pas un point final mais un processus. Nous ressentons tous la vulnérabilité et l’incertitude au sujet du Brexit en ce moment. Nous partageons tous une responsabilité de nous focaliser sur quoi que ce soit qui est vrai, noble et juste, dans notre quête humble pour la paix.

Révérend John McDowell, Evêque de Clogher 

Brexit et la frontière irlandaise

A une époque où les frontières s’endurcissent autour de, et au sein de l’Europe, le processus du retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne chancelle sur la nécessité d’éviter une frontière dure sur l’île d’Irlande après le Brexit. Ce n’est pas seulement une inquiétude irlandaise mais une qui s’adresse à la nature même du projet européen. C’est un rappel que les frontières peuvent être comprises, non pas comme des barrières, mais comme des points de connexion entre des pays et des communautés.

Etant donné que la frontière irlandaise semble être destinée à devenir une frontière externe de l’Union européenne, les réalités du Brexit auront un réel impact. 45 ans d’appartenance commune à l’Union européenne a signifié que l’intégration autour de la frontière irlandaise a stimulé des liens personnels, culturels et sociaux profonds et étroits, aussi bien que des liens légaux et économiques. En effet, l’importance unique de cette intégration pour l’Irlande du Nord signifie qu’il est tout simplement impossible pour le Royaume-Uni d’avoir une ‘Brexit propre’.

Les pleines conséquences de l’intégration dans l’Union européenne ne pouvaient pas être pleinement réalisées avant l’Accords du Vendredi Saint à Belfast en 1998. Ceci mena au retrait du dispositif militaire autour de la frontière irlandaise et au processus graduel d’en faire moins une question de sécurité, ce qui, à son tour, a permis la reprise socioéconomique, lente mais constante, de la région. Ceci a été vital pour encourager la paix.

La paix fut convenue entre les gouvernements britannique et irlandais et les partis politiques d’Irlande du Nord après des négociations longues et difficiles. Cependant, Elle n’a été intégrée que par les petites décisions quotidiennes des citoyens ordinaires des deux côtés de la frontière. Ces petites décisions qui construisent des ponts et la confiance sont cruciales pour une transformation profonde.

Tout ceci a été construit sur une relation britannico-irlandaise proche, laquelle dépendait d’un partage de souveraineté, d’une acceptation des identités multiples, de la collaboration et des engagements communs pour le bien de tous en Irlande du Nord. La logique même du Brexit menace toutes ces choses. Non pas que c’est incompatible avec la paix, mais l’existence même de l’Accord de 1998 requiert une approche prudente et unique dans le processus du Brexit en Irlande du Nord.

En décrivant la question du Brexit pour l’Irlande du Nord comme étant une question de rapprochement avec l’Irlande (L’Union européenne), comme les nationalistes le souhaitent, ou avec la Grande-Bretagne, comme les unionistes le souhaitent, cela aggrave inévitablement les anciennes tensions dans la région, lesquelles peuvent être aisément exploitées par ceux qui n’ont jamais pleinement accepté les compromis de l’Accord de 1998 au départ.

La plus grande crainte pour ceux qui sont en Irlande du Nord et pour la région frontalière irlandaise est que l’avenir signifierait un retour à la méfiance, à la polarisation et à la violence du passé. Comme c’est un défi approprié pour l’Union européenne, des mesures pratiques transfrontalières ont un symbolisme important. Et de telles décisions doivent être traitées avec une grande prudence, de la délicatesse et une attention pour le détail, ainsi qu’avec suffisamment de courage pour le compromis.

Prions pour: 

  • La responsabilité du gouvernement britannique et du Conseil européen dans la compréhension et dans la conciliation des opinions diverses sur le Brexit et sur toutes ses conséquences possibles.
  • Un plus grand désir, en Grande-Bretagne, de connaître et de comprendre un pays voisin et d’apprécier l’héritage de l’histoire, et que ceci puisse servir aussi de rappel pour d’autres pays européens.
  • De la force et du courage pour ceux qui cherchent à éveiller les consciences sur les conséquences de décisions reliées au Brexit, ainsi que pour ceux qui œuvrent pour gérer leurs conséquences dans un endroit de paix fragile.

Dr Katy Hayward 

Queen’s University Belfast 

Points de prière additionnels :

  1. Prions afin que la pause des attaques contre le peuple kurde se transforme en fin des hostilités par la Turquie. Ce conflit pourrait affecter la relation entre les pays européens et la Turquie, qui sont tous membres de l’OTAN.
  2. Prions pour le Parlement de Westminster qui prendra des décisions cruciales au sujet de l’avenir du Royaume-Uni et de ses relations avec l’Union européenne à l’approche du 31 octobre.
Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top