skip to Main Content
Un Voyage Européen #39 – Velehrad (République Tchèque)

Un voyage européen #39 – Velehrad (République tchèque)

C’est aujourd’hui la quatrième étape de notre minisérie explorant un peu de l’histoire de l’Eglise orthodoxe.

Après trois étapes autour de la Mer noire, y compris deux à Constantinople (aujourd’hui Istanbul), nous nous rendrons en Europe centrale, vers le village de Velehrad en République Tchèque.

Le village est situé dans la région de Zlín, près de la rivière Morava, à environ 50 km à l’ouest de la frontière avec la Slovaquie. En s’approchant du village depuis la ville de Staré Město, nous traversons des champs et voyons ensuite une haute église à l’horizon.

Cette haute église de style baroque est en fait la seconde plus grande cathédrale de la nation après la Cathédrale Saint-Guy à Prague. Ceci peut sembler assez surprenant pour un village d’à peine un peu plus de mille habitants. Pour ajouter à la nature surprenante de cette cathédrale est le fait qu’elle n’est pas orthodoxe mais catholique.

Donc pourquoi y-a-t-il une grande cathédrale ici ? Et quel lien peut elle bien avoir avec l’histoire de l’Eglise orthodoxe orientale ?

En plus d’être dédiée à Marie, elle est aussi dédiée à Cyril et Méthode, les deux hommes qui feront l’objet de cet épisode.

Cyril et Méthode étaient en fait des frères nés à Thessalonique en Grèce, au début du 9ème siècle. Ils étaient les fils d’un commandant militaire et étudièrent à l’université de Constantinople où le Patriarche Photius était leur enseignant. Ensuite il devinrent prêtres et plus tard missionnaires auprès des Khazars, une tribu turcique, probablement en Crimée.

A leur époque, l’Europe subissait des changements politiques majeures. A l’est, Constantinople avait été la capitale de l’Empire byzantin (Empire romain oriental) pendant cinq cents ans. A l’ouest, cependant, la situation politique avait été instable depuis la chute de Rome plus de deux cents ans auparavant. Néanmoins, quelques années avant la naissance de Cyril et de Méthode, le Pape couronna Charlemagne en tant qu’Empereur du nouveau Saint-Empire Romain germanique, qui ouvrit une nouvelle ère de stabilité relative. Par conséquent, deux empires régnaient sur le continent européen, et comme on peut l’imaginer, ceci mena aussi à des rivalités.

Ces rivalités n’étaient pas seulement politiques mais aussi ecclésiastiques, entre les églises dominantes des deux empires, Rome et Constantinople. Malheureusement, ceci mena au Grand Schisme deux cents ans plus tard. Les rivalités étaient spécialement ressenties sur les terres qui formaient la frontière entre les deux empires, c’est-à-dire principalement dans les Balkans mais aussi ici, dans ce qui était alors le royaume de Moravie.

A l’époque de Charlemagne, la Moravie était un royaume slave non évangélisé. Et pour cette raison, Charlemagne aida à créer un nouveau évêché catholique dans le pays, qui serait sous la supervision de l’Archevêque de Passau.

Le roi Rastislav de Moravie voyait deux problèmes avec cet évêché. Le premier était politique : un évêché catholique sous la supervision de l’Archevêque de Passau (dans l’Empire de Charlemagne donc) signifiait que la Moravie finirait tôt ou tard incorporé dans le Saint-Empire romain. Le second problème était linguistique : étant donné que l’Eglise de Rome imposait le latin comme seule langue liturgique, les Moraves n’en apprirent pas grand chose au sujet de la nouvelle religion.

Etant donné que l’uniformité linguistique n’était pas imposée dans les territoires de l’Eglise de Constantinople, Rastislav fit appel à leur aide en envoyant le message suivant à l’Empereur byzantin Michael à Constantinople :

« Notre terre est baptisée, mais nous n’avons aucun enseignant pour nous instruire et pour traduire pour nous les livres sacrés. Nous ne comprenons ni la langue grecque, ni la langue latine. Certains nous enseignent une chose, d’autres une autre ; par conséquent nous ne comprenons pas la signification des Ecritures, ni leur portée. Envoyez-nous des enseignants qui puissent nous expliquer les Ecritures et leur signification. »

L’Empereur trouva rapidement les deux candidats parfaits pour la tâche : Cyril et Méthode. Ils étaient instruits, ils connaissaient la langue slave et ils avaient une expérience sur le champ missionnaire. Les deux frères prirent la route de la Moravie, où ils créèrent un alphabet et commencèrent à traduire les textes sacrés en langue slave.

Ceci déplut énormément les Catholiques germaniques qui considéraient l’introduction du nouvel alphabet dans l’église comme étant une hérésie, et probablement aussi une menace pour leur évêché. Le Pape Nicolas les convoqua donc à Rome. Cyril et Méthode réussirent à le convaincre de la valeur de leur mission en Moravie. Malheureusement, cependant, Cyril mourut durant son séjour à Rome. Et donc, Méthode retourna seul après avoir reçu le titre de Métropolitain de Moravie et de Pannonie.

Pendant que Méthode continuait son travail, le conflit avec les autorités catholiques locales continua à s’envenimer. Et donc, plus tard, Méthode était de nouveau convoqué à Rome, cette fois par le Pape Jean VIII. Encore une fois, Méthode réussit à gagner le soutien du Pape. Celui-ci reconnut l’alphabet qui allait être connu plus tard comme cyrillique, ainsi que l’usage de la langue slave dans la liturgie. Méthode retourna encore une fois en Moravie où il conclut son œuvre et mourut juste ici à Velehrad en 885.

L’œuvre de Cyril et de Méthode donna aux nations slaves l’alphabet cyrillique, qui est toujours utilisé de nos jours. Paradoxalement cependant, il n’est pas utilisé en République tchèque. Ceci est une conséquence des rivalités qui continuèrent après la mort de Méthode. La situation s’empira au point que ses disciples s’enfuirent vers le sud des Balkans, où nous nous rendrons pour la dernière étape de cette série sur l’Eglise orthodoxe orientale.

A la semaine prochaine ailleurs en Europe.

Cédric Placentino

Responsable Centre Schuman pour l’Europe italienne et française

Suivez Un voyage européen ici.

Carte: https://d-maps.com/index.php?lang=fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top