skip to Main Content
Le Plus Christianisé Et Le Plus Sécularisé

Le plus christianisé et le plus sécularisé

Le troisième des quatre paradoxes européens abordés par Evert van de Poll. Ceci est un extrait de son prochain livre ‘L’Europe et l’Evangile’ (première partie ici, deuxième partie ici)

Nous remarquons un troisième paradoxe : la relation ambiguë entre l’Europe et la religion chrétienne.

Depuis que l’Evangile a été révélé aux Juifs dispersés et à leurs voisins à Philippe, à Corinthe, à Rome et en d’autres endroits des côtes septentrionales de la Méditerranée, il a exercé une influence profonde sur l’histoire des peuples dans cette partie du monde qui est devenue connue comme étant l’Europe. Ceci est à un point tel que sans la diffusion de l’Evangile, l’impact de la Bible et l’influence des églises institutionnelles, l’Europe telle que nous la connaissons aujourd’hui n’aurait sans doute jamais existé.

Ceci est en effet une déclaration péremptoire ! Mais elle est justifiée, étant donné le rôle exercé par le christianisme dans le façonnement de l’Europe. Le message originaire de Galilée et de Jérusalem a créé un cadre culturel, religieux et social pour les peuples vivant dans le continent. Le Christianisme est devenu un facteur majeur dans le développement politique et culturel de l’Europe dans son ensemble, ainsi que de chaque pays européen en particulier.

L’Europe est le plus christianisé de tous les continents. Aucun autre endroit du monde n’a été exposé au message de la Bible pour une période aussi prolongée et de manière aussi consistante que ce continent. Il n’existe nulle part ailleurs un héritage chrétien aussi riche. Ses cultures sont encore enracinées dans les valeurs chrétiennes.

En même temps, l’Europe est marquée par l’abandon du Christianisme, bien plus que dans d’autres endroits du monde. Ceci a donné naissance à une vision sécularisée du monde, à l’athéisme, à des styles de vie et à des idéologies politiques séculiers, à un point tel qu’on appelle l’Europe ‘postchrétienne’. 

Ceci étant dit, la question est comment le message qui était important dans le façonnement de l’Europe peut avoir un impact positif dans les sociétés sécularisées et multiculturelles actuelles. Qu’a-t-il à dire au sujet des valeurs fondamentales, de l’identité et de l’avenir de l’Europe ?Pour pouvoir répondre à ces questions, nous devrions toujours tenir en compte cette relation paradoxale d’amour-haine entre nos cultures et nos sociétés d’un côté, et la religion chrétienne de l’autre. Ceci est réellement une clé pour comprendre notre continent.

Evert Van de Poll

Professeur d’Etudes religieuses et de Missiologie, Faculté théologique évangélique, Louvain, Belgique, et pasteur avec la Fédération baptiste française.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top