skip to Main Content
Un Voyage Européen #24 – Rižinice (Croatie)

Un voyage européen #24 – Rižinice (Croatie)

Aujourd’hui nous voyageons dans la Péninsule des Balkans et en particulier en Croatie pour y explorer comment l’Evangile a pris racine parmi les Croates.

L’endroit que nous allons visiter s’appelle Rižinice, dans la région occidentale de Dalmatie, près de la mer Adriatique. Elle est située à un peu plus de 10 km de la ville côtière de Split

C’est un coin qui offre une vue splendide sur les montagnes environnantes, sur la vallée et sur la mer à l’horizon.

De nos jours, la forteresse de Klis toute proche est devenue assez célèbre. Une raison pour ceci est qu’elle a été récemment utilisée pour tourner certaines scènes de la célèbre série américaine médiévale-fantastique Game of thrones.

Rižinice, avec ses ruines d’un ancien monastère bénédictin, révèle la profonde signification spirituelle de cette région.

Ce monastère est lié à un duc croate du neuvième siècle appelé Trpimir 1er, qui était en fait aussi le propriétaire de la forteresse. Les récits de sa vie font partie des sources les plus anciennes de la conversion des Croates au christianisme.

Mais avant de parler de Trpimir, nous devons faire un pas en arrière et regarder à ce qui s’est produit auparavant en Dalmatie. Le christianisme avait déjà été présent depuis plusieurs siècles sur cette terre, bien avant l’arrivée des Croates.

Ce qui est connu aujourd’hui comme étant la Croatie faisait en réalité partie de l’Empire romain durant les premiers siècles de notre ère. La Bible elle-même nous dit que l’Evangile est arrivé en Dalmatie à travers Tite, quelques décennies à peine après la mort et la résurrection de Jésus (2 Tim. 4:10). Les persécutions sous Dioclétien du début du quatrième siècle touchèrent également la Dalmatie, où l’Eglise était bien établie.

Après la chute de l’Empire romain d’Occident, deux vagues de migration balayèrent depuis l’est vers l’Europe. La première vague de tribus germaniques arriva au sixième siècle. La seconde vague, qui débuta presqu’en même temps et qui dura plus de deux siècles, a vu les tribus slaves s’installer dans ce qui est aujourd’hui l’Allemagne orientale, la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie, l’Ukraine et les Balkans. Les Croates, probablement originaires de la Russie actuelle, s’installèrent en Dalmatie.

La manière dont les Croates sont entrés en contact avec l’Evangile est peu claire. Plus que probablement, ceci s’est produit de deux manières. La première manière aurait été à travers les contacts avec le peuple dalmate qu’ils ont rencontrés lorsqu’ils ont envahi le territoire. La deuxième manière aurait été au travers des moines itinérants en provenance de Constantinople et de Rome.

Même s’il existe des récits au sujet de la conversion d’un monarque croate du septième siècle appelé Porga, c’est à l’époque de Trpimir que nous trouvons une source claire de l’implantation du christianisme dans ce qui est aujourd’hui la Croatie.

Tout comme la pierre de Jelling est considérée comme le certificat de naissance du Danemark (voir 18ème étape), la Croatie aussi a un document qui peut être considéré comme son propre certificat de naissance. Ce document était une charte écrite en latin et émise par Trpimir lui-même. Même si le document original a été perdu, une copie datant du seizième siècle existe encore dans les archives de la paroisse de Kaštel Sućurac près de la ville de Split.

Et donc, pourquoi est-ce que je considère que ce document serait le certificat de naissance de la Croatie ?

C’est simplement parce que, dans cette charte, Trpimir se présente de la manière suivante : « Par la grâce de Dieu, Duc des Croates ». Cette introduction est fondamentale pour la Croatie, non seulement à cause de sa référence au christianisme, mais aussi parce que c’est le document le plus ancien connu dans lequel nous trouvons le mot ‘Croates’.

La charte mentionne d’autres faits fascinants, tel que l’intention du duc de construire une église et un monastère dans son duché. L’histoire montre que Trpimir respecta sa promesse et construisit ces édifices ici à Rižinice.

Qu’est-ce qui aurait bien pu influencer Trpimir à construire un monastère ?

Bien que nous n’avons pas beaucoup de récits précis sur sa vie, nous savons à travers l’Evangéliaire de Cividale que Trpimir a accompli, en compagnie de son fils, un pèlerinage dans ce monastère bénédictin du nord de l’Italie. Nous savons aussi que Trpimir hébergea un célèbre moine et théologien bénédictin de Saxe, Gottschalk d’Orbais, à sa cour pendant un moment.

A travers ces deux faits, nous pouvons supposer que Trpimir a sans doute été marqué par la forte influence que les Bénédictins avaient dans la société partout où ils se trouvaient, spécialement en façonnant l’éducation et la vie économique. Pourrions-nous trouver là la raison pour laquelle Trpimir invita les Bénédictins à s’installer dans son duché ?

Quelle que soit la raison, au onzième siècle, il y avait plus de quarante monastères en Dalmatie. Et les Bénédictins ont bien apporter une contribution importante au développement matériel, culturel et spirituel des Croates au cours du Moyen-Âge.

A la semaine prochaine ailleurs en Europe.

Cédric Placentino

Responsable Centre Schuman pour l’Europe italienne et française

Suivez Un voyage européen ici.

Carte: https://d-maps.com/index.php?lang=fr

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top