skip to Main Content
Un Voyage Européen #23 – Turku (Finlande)

Un voyage européen #23 – Turku (Finlande)

La Réforme finlandaise

Aujourd’hui nous visitons la Finlande et en particulier sa capitale historique, Turku.

Située au sud-ouest du pays, Turku a été fondée à la fin du treizième siècle et est par conséquent la ville la plus antique de Finlande. Bien qu’Helsinki soit désormais la capitale du pays, Turku reste une ville importante, particulièrement grâce à son port et à ses deux universités.

Nous allons nous focaliser sur la Cathédrale de Turku qui se trouve près du fleuve Aura. Elle est entourée de rues pavées et de bâtiments au style néoclassique construits après le dramatique Grand Incendie de 1827. 

Si nous marchons vers le côté droit de la cathédrale, nous découvrons la statue d’un homme appelé Mikael Agricola vêtu d’un chapeau et d’une toge. Cette tenue est typique de celle d’un Réformateur. Et c’est exactement ce qu’Agricola était.

Vous l’aurez donc compris, nous allons parler de la Réforme finlandaise du seizième siècle. Mais avant cela, nous devons brièvement explorer le contexte politique de l’époque.

Au début du seizième siècle, la Finlande était sous contrôle suédois depuis plus de trois cents ans. En fait, à ce moment-là, la Suède faisait partie de l’Union scandinave avec le Danemark et la Norvège depuis deux siècles. Cependant l’Union était désormais au bord de la rupture.

C’est à ce moment là que le roi danois Christian II suivit le conseil de l’archevêque catholique d’Uppsala, Gustav Trolle, d’envahir la Suède. Cette invasion donna lieu à l’effroyable bain de sang de Stockholm en Novembre 1520. Quelques mois plus tard, une rébellion suédoise était organisée par un noble suédois appelé Gustav Vasa. La guerre qui résulta dura jusqu’en 1523, se concluant par la victoire des Suédois.

Quelques années plus tôt, la Réforme démarra à Wittenberg et se répandit rapidement dans les terres germaniques septentrionales. La forte présence de commerçants allemands en Suède et en Finlande contribua à la diffusion rapide de l’Evangile là-bas. Evidemment, les événements récents avaient créé un fossé entre Gustav Vasa et l’Eglise catholique. Ceci contribua à l’adoption de la Réforme par le nouveau roi Gustav Vasa.

Cette disposition favorable envers la Réforme avait des répercussions aussi en Finlande.

Mikael Agricola est souvent appelé Le Luther finlandais, et ceci pour des raisons évidentes, comme je l’expliquerai plus en détail. Cependant, il n’était pas seul dans le processus. Deux autres personnes jouèrent également un rôle crucial dans la Réforme finlandaise en ouvrant la voie pour l’œuvre d’Agricola.

Le premier, Pietari Särkilahti, est sans doute le premier ecclésiastique finlandais à avoir adopté et prêché la théologie réformée. Etant le fils du bourgmestre de la ville de Turku, Särkilahti étudia à Rostock (Allemagne), à Louvain (Belgique) et probablement à Wittenberg (Allemagne). Il retourna ensuite à Turku en 1524 et y prêcha la foi évangélique luthérienne jusqu’à sa mort cinq ans plus tard.

La deuxième personne était un moine dominicain appelé Mårten Skytte qui fut nommé évêque de Turku par Gustav Vasa en 1528. Durant son terme de vingt-deux ans, Skytte envoya beaucoup de jeunes talents finlandais étudier auprès de Luther et de Melanchthon à Wittenberg. C’est aussi durant son mandat que la langue de la messe fut changée du latin au finnois, en 1537.

Et donc, Mikael Agricola était en fait la troisième personne de la Réforme finlandaise. Né près de la côte méridionale non loin de ce qu’est aujourd’hui Helsinki, il alla à l’école à Viipuri (aujourd’hui Vyborg, sous contrôle russe) avant de déménager à Turku en 1528.

C’est là qu’il entendit la prédication de Särkilahti. Et ces sermons exercèrent une énorme influence dans sa vie. De plus, Mårten Skytte reconnut ses talents et l’envoya donc à Wittenberg en 1536. Après avoir reçu son diplôme, il revint en Finlande en 1539 pour devenir le Réformateur le plus influent de l’histoire finlandaise.

Qu’a-t-il donc fait pour transformer autant sa nation ?

Agricola n’est pas seulement connu comme le Réformateur de la Finlande, mais aussi comme le Père de la littérature finlandaise. Il créa l’alphabet finlandais et fut le premier à écrire des œuvres en finnois, tels qu’un livre de grammaire pour enfants (ABC kirja – 1543), un livre biblique de prière de 900 pages (avec des passages de la Bible, des écrits des Pères de l’Eglise, des auteurs médiévaux et des réformateurs), ainsi que beaucoup d’autres œuvres.

Lorsque la guerre entre la Russie et la Suède éclata, Gustav Vasa envoya Agricola en Russie afin de négocier un traité de paix. Malheureusement, lors du voyage de retour, Agricola tomba malade et mourut sur un bateau dans l’Isthme de Carélie.

La Réforme finlandaise diffère des autres dans le fait que la transition du Catholicisme au Protestantisme était relativement paisible. L’Eglise catholique finlandaise n’était pas aussi décadente qu’ailleurs. Au contraire de l’Allemagne, les réformateurs finlandais permirent aussi que d’autres expressions du christianisme puisse subsister. Aujourd’hui encore, la Finlande est reconnue pour sa tolérance envers différentes expressions du christianisme.

Sans l’œuvre d’Agricola, la langue finlandaise pourrait ne plus exister aujourd’hui. Agricola a donc ouvert la voie pour l’indépendance finlandaise près de quatre cents ans plus tard.

A la semaine prochaine ailleurs en Europe.

Cédric Placentino

Responsable Centre Schuman pour l’Europe italienne et française

Suivez Un voyage européen ici.

Carte: https://d-maps.com/index.php?lang=fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top