skip to Main Content
Un Voyage Européen #21 – Hólar (Islande)

Un voyage européen #21 – Hólar (Islande)

Cette semaine, nous allons visiter la nation d’Islande au nord-ouest de l’Europe.

Et pour être précis, nous irons au nord de l’Islande, à un endroit situé à plus de trois cent kilomètres de Reykjavik. Le trajet de la capitale jusqu’ici empreinte la route 76 qui parcourt la côte le long de la baie Skagafjörður. Nous tournons ensuite à droite sur la route Hólavegur qui va vers l’intérieur des terres, dans la vallée Hjaldatur couverte de prairies verdoyantes et entourée de montagnes abruptes aux sommets enneigés.

Dix kilomètres plus loin sur cette route, nous arrivons dans une petite communauté appelée Hólar. La population de cet endroit est de moins de cent personnes et pourtant, il y a une église et même, de manière encore plus surprenante, un collège universitaire juste derrière celle-ci. Il y a encore un troisième édifice notoire : c’est une maison en bois avec un toit typiquement islandais couvert de pelouse.

C’est donc ici que nous nous arrêtons. Il s’agit en fait une réplique du bureau de l’évêque. L’église, l’université et le bureau de l’évêque : tous témoignent du passé extraordinaire de ce village apparemment ordinaire.

Qu’est ce que cet endroit peut donc nous révéler ?

Et bien, Hólar est l’équivalente islandaise de Wittenberg pour la Réforme allemande ou de Genève pour la Réforme calviniste.

Mais comment cette Réforme a-t-elle pu atteindre une terre aussi lointaine ? Et pourquoi Hólar en est-elle devenue un de ses centres principaux ?

Lorsque Martin Luther publia ses nonante-cinq thèses à Wittenberg en 1517, la Réforme commença et eut un effet domino qui atteignit d’autres terres européennes, comme par exemple les royaumes du Danemark et de la Suède.

Un des aspects de la Réforme était bien évidemment le rétablissement de l’Evangile. Mais ceci n’était pas tout. Un autre aspect était la propagation de l’éducation pour tous, riches et pauvres. Bien que l’éducation s’était développée durant plusieurs siècles en Europe, grâce à l’Eglise catholique (et il ne s’agissait pas seulement de l’éducation religieuse !), elle était disponible principalement pour la haute société.

Ceci inspira le Roi danois Christian III de rendre l’éducation disponible pour tous aussi en Islande, laquelle était à l’époque sous la couronne danoise. Néanmoins, à cause d’un manque de fonds, il fallut attendre dix ans avant que la première école ne fut ouverte. Et comme vous l’avez sans doute deviné, c’était ici Hólar en 1552. Cette petite communauté devint un des centres de la Réforme en Islande. Plusieurs personnes illustres ont été éduquées en cet endroit. L’une d’entre elles était Guðbrandur Þorláksson (Gudbrandur Thorlaksson).

Cet homme était le fils d’un ancien prêtre de la Cathédrale d’Hólar. À cause de ceci, Gudbrandur avait reçu son éducation à l’école de la Cathédrale. Après cela, il traversa la mer pour aller étudier à l’Université de Copenhague. Aspirant à marcher sur les traces de son père, Thorlaksson étudia principalement la théologie, mais il toucha aussi à la mathématique, la géographie et l’astronomie.

Lorsqu’il retourna en Islande en 1564, Thorlaksson fut nommé recteur de l’école de la Cathédrale de Skálholt au sud-ouest. Il était par conséquent le premier Islandais à recevoir un tel rôle. Ceci était en soi un témoignage du changement que l’éducation avait apporté au peuple d’Islande. Thorlaksson n’enseigna pas uniquement la théologie à ses élèves, mais aussi la science.

Plus tard, Thorlaksson devint pasteur, et finalement l’évêque luthérien d’Islande, une position qu’il détint jusqu’à sa mort en 1627. Et son bureau en tant qu’évêque était ici à Hólar, où nous trouvons donc aujourd’hui une réplique.

Son œuvre la plus célèbre était la traduction de la Bible en islandais en 1584. Il écrivit en outre plus de quatre-vingt livres. Mais ce qui est encore plus remarquable avec l’œuvre de Thorlaksson est qu’il n’était pas limité à la religion. Il était aussi le premier à mesurer correctement les latitudes de tous les lieux d’Islande. Il a ensuite créé un nouveau globe sur lequel l’Islande était, finalement, correctement positionnée. Thorlaksson a même mené une expédition qui aboutit à la découverte de l’Île de Kolbeynsey, qui est située au nord de l’île principale.

Thorlaksson encouragea également ses compatriotes à écrire des livres sur l’Islande en latin. Ceci aurait permis aux étrangers de les lire et aurait ainsi corrigé les fausses idées qu’ils pouvaient avoir sur l’Islande. Au bout du compte, Thorlaksson était un personnage central pour le développement du monde académique en Islande. De plus, beaucoup d’Islandais croient que Thorlaksson a sauvé leur langue d’une mort certaine.

Pour l’homme moderne, la vie de Thorlaksson peut sembler étonnamment variée. De nos jours, le christianisme est souvent isolé des autres sphères de connaissances. Les théologiens scientifiques sont rares de nos jours. Néanmoins, avant l’essor de la philosophie des lumières, le développement de toutes les disciplines était alimenté par une compréhension biblique du monde. Thorlaksson comprenait que Dieu avait créé le monde et qu’il l’avait donné à l’homme afin de le remplir et d’en prendre soin. C’était cette croyance qui alimenta sa passion pour la géographie, pour la littérature et pour l’éducation de manière générale.

Et la plupart de ceci s’est produit ici, dans cette minuscule communauté de Hólar.

À la semaine prochaine ailleurs en Europe.

Cédric Placentino

Responsable Centre Schuman pour l’Europe italienne et française

Suivez Un voyage européen ici.

Carte: https://d-maps.com/index.php?lang=fr

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top