skip to Main Content
Un Retour Surprenant (2ème Partie)

Un retour surprenant (2ème partie)

Un article de Jeff Fountain pour le magazine Vista. Lire la première partie ici.

Yvonne Zonderop termine son livre Ongelofelijk (voir 1ère partie) par une citation surprenante d’un critique d’art germano-iranien et musulman, reliant la perte de la dimension spirituelle à la montée du populisme.

Dans son livre intrigant, Wonder Beyond Belief: On Christianity (L’émerveillement inimaginable : sur le christianisme), Navid Kermani observe : Il est tout à fait compréhensible que beaucoup d’Européens aient peur de l’islam et recherchent la sécurité dans le familier. Si vous ne connaissez plus votre propre culture, vous ne pouvez pas être ouverts à d’autres cultures. C’est une grande lacune si vous ne savez pas ce qu’est la Pentecôte. La littérature allemande du 19ème siècle ne peut pas être comprise si vous ne voyez pas les allusions chrétiennes. Beaucoup d’écrivains de cette époque étaient des fils de pasteurs. Toute la littérature et la musique allemandes sont saturées de références bibliques.Si nous ne connaissons pas cet héritage, nous ne nous connaissons pas nous-mêmes. C’est là que nous devenons vulnérables au racisme, à la xénophobie et au nationalisme.

Resplendissante

Une autre journaliste séculière, la danoise Charlotte Rørth, a récemment écrit au sujet d’une rencontre totalement surprenante qu’elle a eu dans une église espagnole. Dans J’ai rencontré Jésus (2017), elle se décrit comme complètement étrangère à l’église : « pour nous, la base de tout est de poser des questions, de chercher des preuves, de trouver des réponses, de continuer d’apprendre avec le temps. Mais soudainement je sais quelque chose que je ne savais pas encore une demi-heure auparavant et que je ne peux pas prouver. »

Jusqu’alors, elle ne connaissait le nom de Jésus qu’à distance. Désormais elle le voyait clairement devant elle – entouré de ses disciples – et pour elle il n’y avait plus aucun doute : « il était tout simplement là, et il était vivant ! Et il m’aime tellement que je n’ai pas d’autre choix que d’aimer les autres également. » Lorsqu’elle est sortie de l’église, d’autres lui ont demandé : « Pourquoi es-tu entourée d’une telle lumière ? Tu es vraiment resplendissante ! » Son livre, qui a rapidement atteint la liste des best-sellers, a été acclamé dans la presse séculière danoise comme brisant le tabou sur le fait de parler de la religion et des expériences spirituelles, une étape significative vers la liberté d’expression dans un pays très séculier.

Ceci est peut-être ce que le philosophe Charles Taylor prédisait dans Un âge séculier : « Nous sommes à peine au début d’un nouvel âge de recherche religieuse, dont personne ne peut prédire l’issue. »

Jeff Fountain

Directeur Centre Schuman

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top