skip to Main Content
Année De Décision

Année de décision

Publiée le 7 janvier 2013, cette pensée de la semaine de Jeff Fountain était le première de deux pensées traitant de cinq crises qui menaçaient l’Europe à l’époque. Celles-ci étant encore et toujours d’actualité, nous vous proposons ces articles cette semaine.

Mes meilleurs vœux, mes amis, pour cette nouvelle année. On dirait qu’on en aura besoin, parce que, franchement, les perspectives ne sont pas si bonnes – pour cette année, et pour l’avenir prévisible. Et il est temps que nous abordions honnêtement certains problèmes.

Ceci n’est pas un début optimiste. Mais nous ne sommes pas appelés à être optimistes. Nous sommes appelés à être un peuple d’espoir. Et il y a une différence. Nous devons être réalistes. Nous devons comprendre les temps et ne pas simplement ‘regarder du côté positif’. Pourtant, même lorsqu’il y a des raisons d’être profondément inquiets, nous avons de l’espoir parce que nous regardons au-delà du naturel, de l’humain et de la technologie pour notre salut.

L’Europe fait face à une crise. En fait de multiples crises. Une tempête parfaite se prépare. Et ces réalités devraient occuper nos pensées et nos prières, car elles affectent les vies et l’avenir de millions de personnes, en particulier des jeunes et des non nés. Et ceci devraient avoir un effet sur la manière dont nous faisons la mission.

Il y a quelque jours, lors d’une Consultation des missions Européennes au Redcliffe College (Gloucester), des dirigeants britanniques de mission écoutaient Jim Memory, chargé de cours de Redcliffe et coéditeur de Vista, présenter une image sobre de quatre terrains sur lesquels l’Europe fait face à des défis majeurs, avec un cinquième qui éclipse peut-être tous les autres.

Scenarii

La crise économique est la plus évidente d’entre elles, avec aucune solution prévisible à la stagnation. Jim parlait de quatre scenarii :

Maintenir le statu quo, avec les membres les plus riches de l’Eurozone renflouant les sudistes en difficulté, rendant la stagflation presque inévitable durant l’une ou deux prochaines décennies !

Une dissolution désordonnée de l’Eurozone, menant à une période de chaos dans les marchés financiers, et frappant gravement les pays du ‘Club Med’ ;

Une dissolution structurée de l’Eurozone, avec certains pays aidés à sortir par la petite porte, mais là aussi créant des difficultés étendues, spécialement dans le sud ; 

Et une pleine union fiscale, centralisant le pouvoir économique, une idée généralement inacceptable. 

Il n’y a tout simplement aucune solution facile.

Avant d’aller plus loin avec les points de Jim, faisons une pause pour un examen objectif. Cette année sera décisive pour l’Union européenne, pour l’avenir de l’Europe, et pour l’influence de l’Europe dans le monde.

George Friedman de Stratfor Global Intelligence explique, dans une analyse récente, que cinq pays de l’Union européenne sont considérablement en-dessous du taux de chômage américain de 7,7% (Autriche, Luxembourg, Allemagne, Pays-Bas et Malte) ; et sept sont autour du taux américain (Roumanie, République tchèque, Belgique, Danemark, Finlande, Royaume-Uni et Suède). Les 15 pays restants sont au-dessus des niveaux de chômage américains ; 11 ont des taux de chômage oscillant entre 10 et 17%, y compris la France à 10,7%, l’Italie à 11,1%, l’Irlande à 14,7% et le Portugal à 16,3%. Deux autres, dit-il sont de manière colossale plus hauts, la Grèce à 25,4% et l’Espagne à 26,2% – des niveaux près du taux de chômage aux Etats-Unis au pic de la Grande Dépression.

Ceux parmi nous qui sont en Europe septentrionale sont protégés de la peur, de l’anxiété et de l’incertitude dont nos amis européens font l’expérience au sud. Une ancienne dirigeante de Jeunesse en Mission au Portugal m’écrivait récemment pour me demander quel rôle les Chrétiens devraient-ils jouer au milieu de ‘cette tourmente et cette souffrance horrible’ qui se passe en Grèce et au Portugal.

« J’ai des amis qui passent à travers des difficultés épouvantables au Portugal, et ceci influence leur vision de l’Europe, » écrivait-elle. «La paix que l’Union européenne a apporté semble faire face à tant de menaces que c’est déchirant. Je me sens impuissante sur la manière dont je peux aider mes amis au Portugal. Le désespoir a conduit l’un d’entre eux à faire une tentative de suicide. »

Chômage

Friedman s’accorde. Nous devons considérer ce que ces chiffres signifient socialement, préconise-t-il vivement. En Italie, au Portugal, en Espagne et en Grèce, plus d’un tiers de la main-d’œuvre de moins de 25 ans est signalée sans emploi. Il faudra une génération pour abaisser le taux à un niveau acceptable en Espagne et en Grèce.

Beaucoup de jeunes personnes, même avec des diplômes, n’auront peut-être jamais l’opportunité de poursuivre leur carrière choisie, dit-il, et très probablement n’auront jamais un emploi au niveau social qu’ils avaient escompté. Le chômage affecte plus que simplement une personne. Cela affecte la famille immédiate, les parents et vraisemblablement d’autres personnes de l’entourage, financièrement mais aussi psychologiquement. Cela crée un sentiment d’échec et de peur, explique Friedman.

Il est évident que je ne vais pas couvrir les quatre autres terrains dont Jim parlait dans les quelques lignes qui suivent ! Nous continuerons la semaine prochaine. Mais permettez-moi de souligner : nous devons commencer à penser à ce que ces réalités signifient pour la manière dont nous nous engageons dans la mission.

La stagnation économique piquera les budgets de la mission. ‘L’entreprise en tant que mission’, la création d’emplois, des questions de justice sociale et le développement de communautés missionnaires revêtiront un caractère plus urgent alors que la crise se fait plus dure.

Jeff Fountain

Directeur du Centre Schuman

Pour plus d’articles de Jeff Fountain, visitez www.weeklyword.eu

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top