skip to Main Content
Un Voyage Européen #11 – Wicklow (Irlande)

Un voyage européen #11 – Wicklow (Irlande)

Patrick et la transformation de l’Irlande

Après l’Ukraine la semaine dernière, nous visitons aujourd’hui l’Île d’Emeraude, c’est-à-dire l’Irlande, et en particulier la localité de Wicklow.

Cette petite ville est située à 50 km au sud de Dublin et a une population de 10.000 habitants. Elle est en fait située sur le littoral de la mer d’Irlande et au pied des montagnes de Wicklow, ce qui nous permet d’imaginer que c’est un bel endroit.

Nous pourrions visiter l’église Saint-Patrick ou encore de boire une bonne bière irlandaise dans un des pubs locaux. Mais allons plutôt au port. Il s’agit en réalité d’un port de plaisance juste à l’embouchure du fleuve Vartry.

Wicklow est le nom anglais de la ville. En langue irlandaise cependant, elle est appelée Cill Mhantáin, littéralement « l’église de l’édenté ». Ceci indique que la ville s’est probablement développée autour d’une église. Par contre le mot édenté est plutôt surprenant.

L’histoire derrière ce nom est liée à Patrick, l’apôtre d’Irlande. On raconte que lorsque Patrick retourna sur l’île en tant que missionnaire, il était accompagné de plusieurs collaborateurs et chercha à amarrer sur une plage non loin de ce lieu. Des résidents hostiles les auraient alors attaqués, causant la perte des dents de devant à l’un de ses amis. L’homme est devenu connu sous le nom de Manntacht (L’édenté). Manntacht ne se laissa pas décourager, et retourna plus tard sur les lieux pour y fonder une église.

Voilà pour l’histoire locale ! Bien qu’elle ne soit pas vérifiable, elle nous révèle cependant une autre histoire. Vous l’aurez sans doute deviné, je veux bien entendu parler de Patrick d’Irlande.

Patrick serait né en Angleterre près de la ville actuelle de Daventry. Il grandit dans une famille chrétienne et aisée. Cependant il vécut dans un époque de grande instabilité dans toute l’Europe. En Grande-Bretagne, les fréquents raids irlandais semaient régulièrement la panique. Vers l’âge de seize ans, Patrick fut capturé lors d’un de ces raids. Esclave, il prit soin d’un cheptel porcin pendant six ans dans la région d’Antrim en Irlande du Nord actuelle. C’est durant cette période que la foi de Patrick fut ravivée. 

Un jour il entendit une voix mystérieuse lui annoncer : « Tu vas retourner chez toi. Regarde, ton bateau est prêt. » Patrick obéit à la voix. Il quitta son lieu d’esclavage et marcha probablement vers sud de l’Irlande, non loin de Rosslare, d’où, de nos jours encore, partent les ferrys pour la Grande-Bretagne.

Lorsque Patrick demanda aux marins de se joindre à eux, ils le soupçonnèrent (à raison) d’être un fugitif. C’est alors que Patrick se retira pour prier, après quoi les marins l’appelèrent pour monter à bord.

Après quelques années en Gaule (France actuelle), Patrick parvint à retourner finalement dans sa famille en Grande-Bretagne. Mais son séjour fut de courte durée. Patrick eut en effet une seconde expérience surnaturelle. Cette fois-ci, il vit en vision un Irlandais lui disant : « nous t’implorons de revenir et de marcher encore une fois auprès de nous ». 

Cette vision, similaire à celle du Macédonien de l’apôtre Paul, ne le quittera pas. Patrick retourna alors en Gaule, sans doute à l’abbaye de Lérins (sur une île au large de Cannes en mer Méditerranée). Ce monastère, ainsi que d’autres lieux visités au cours de ces années, lui servirent de formation pour sa tâche future en Irlande.

Il existe plusieurs endroits en Irlande où l’on croit que Patrick a débarqué lors de son second voyage, et l’embouchure du fleuve Vartry est l’un d’entre eux. 

Au cours des trente années suivantes, il effectua une mission qui mena à la conversion de toute l’île. Les Irlandais fondèrent des monastères avec un oratoire (pour la prière) au centre et des huttes pour les individus et les familles. Les moines se rassemblaient régulièrement pour la prière et les repas. Ces monastères, qui étaient en réalité des villages, se sont rapidement multipliés sur toute l’île.

Malgré tout, la conversion des Irlandais n’engendra cependant pas un abandon rapide des vieilles habitudes. Les guerres entre tribus continuèrent, impliquant parfois même des monastères. L’arrivée du Christianisme n’éradiqua pas non plus les traditions païennes. Cependant, durant la vie de Patrick, l’esclavage dont il avait été victime, fut totalement aboli.

La conversion des Irlandais eut plus tard un impact énorme pour toute l’Europe.

Premièrement, l’alphabétisation transforma ces anciens guerriers irlandais en moines érudits. Ils transcrivirent des textes bibliques et des œuvres classiques grecques et romaines, ce qui sauva en fait ces manuscrits de la destruction à l’époque des invasions germaniques. Leur survie jusqu’à nos jours est en grande partie grâce à leur œuvre. 

De plus, des générations suivantes d’Irlandais quittèrent l’île pour évangéliser la Grande Bretagne et le reste de l’Europe après la chute de l’Empire romain, amenant le message de l’Evangile aux peuples germaniques.

L’œuvre des irlandais fut à la base de la reconstruction européenne au Moyen-Âge. A quoi ce continent ressemblerait-il aujourd’hui sans leur contribution? 

Finalement, sachant tout ça (et si vous n’avez pas de problème avec la consommation d’alcool), pourquoi ne pas boire une bonne bière irlandaise à la mémoire de Patrick, l’apôtre des irlandais.

A la semaine prochaine ailleurs en Europe !

Cédric Placentino

Responsable Centre Schuman pour l’Europe italienne et française

Suivez Un voyage européen ici.

Carte: https://d-maps.com/index.php?lang=fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top