skip to Main Content
Les Vaches Sacrées évangéliques

Les vaches sacrées évangéliques

Après deux articles traitant des crises en Europe, cette troisième pensée de la semaine de Jeff Fountain (14 octobre 2013) aborde les fausses croyances qui sont des obstacles pour une participation active de l’église dans la société.

Le moment semblait opportun la semaine dernière pour exposer certaines vaches sacrées évangéliques. Lors d’une conférence annuelle de dirigeants évangéliques de toute l’Europe, aux Pays-Bas, on m’a demandé de partager des pensées pour ‘une réponse basée sur la foi aux crises de l’Europe’.

Jim Memory du Redcliffe College, qui avait parlé au Forum sur l’état de l’Europe à Dublin en mai dernier sur les crises dont l’Europe fait face aujourd’hui, avait présenté une analyse similaire des défis et des opportunités dans les domaines de l’économie, de la politique, de la société, de l’environnement et de la religion.

Dès lors, à quoi ressemblerait une réponse à ces défis basée sur la foi ? Cette question nous a immédiatement mis face à la première de nos vaches sacrées.

Foi & œuvres

Car en tant que Protestants évangéliques, nous nous considérons comme étant fermement dans le camp de la ‘foi’ ; sola fide et tout ça ; ‘Par la foi seule…’. Et pourtant, nous sommes réputés pour notre activisme et non pour notre contemplation (pour laquelle le camp des ‘œuvres’ est paradoxalement réputé).

Après le sérieux avertissement de Jim, que l’instabilité économique, politique et sociale allait continuer, et même empirer, il nous a encouragé à reconnaître les opportunités illimitées se présentant à l’église de répondre avec attention et compassion. Les évangéliques savent comment faire ça : avec des banques alimentaires, des magasins de vêtements de seconde-main, et bien plus encore.

Ma question était cependant : répondrons-nous avec foi, ou dans l’activisme, par obligation, ou même dans le désespoir ? Nos actions seront-elles basées sur la foi ? Seront-elles basées sur la foi dans la providence de Dieu dans l’histoire et même dans les crises actuelles ?

Providence dans l’histoire

Ici encore, une croyance tacite pour beaucoup d’évangéliques est que Dieu a été en vacances depuis le temps de Paul jusqu’au temps de Luther (pour certains d’entre nous, jusqu’à plus tard même) ; « Cela ne vaut pas la peine de s’intéresser aux siècles obscurs ». Pourtant, pour comprendre quelque chose de la main de Dieu dans l’histoire, et pour avoir la foi pour ses objectifs d’avenir, nous devons comprendre comment Dieu le Saint-Esprit a toujours été actif dans l’histoire, à travers l’œuvre des minorités fidèles.

Evangéliques & le corps de Christ tout entier

Encore une fois, nous sommes confrontés à une attitude profondément incrustée : que nous, les évangéliques, sommes les vrais croyants, ceux qui comprennent vraiment la Bible. Mais si nous sommes vraiment honnêtes, nous devons admettre que nous avons eu tort par rapport à beaucoup de choses ; et que ceux qu’on considérait libéraux ou apostats ont parfois eu raison.

Action sociale & évangélisme

Prenez par exemple le soi-disant ‘évangile social’, que chaque évangélique connaissait comme étant une ‘distraction diabolique’ du vrai évangile du salut. Ce n’est qu’en 1974, lors du Congrès de Lausanne, que nos deux poids lourds, Billy Graham et John Stott, ont déclaré que les deux manières de vivre l’évangile sont bibliques. Nous avions tort et beaucoup d’amis libéraux avaient raison.

Après tout, n’était-ce pas Jésus lui-même qui parla de donner à manger à ceux qui avaient faim, de revêtir ceux qui n’avaient pas de vêtements, et de rendre visite aux malades et aux prisonniers… ? Alors que nous revendiquons Wilberforce comme étant ‘l’un des nôtres’, pendant plus d’un siècle, les choses ont été très calmes dans le coin évangélique au sujet de l’action publique.

Place publique & foi privée

Lorsqu’il s’agit de penser bibliquement au sujet de la société, la politique et l’économie, nous sommes les derniers arrivés. Les catholiques et les néo-calvinistes (Kuypériens) se sont focalisé durant la plupart du siècle dernier à répondre aux défis de la société industrielle et des temps modernes. Pendant ce temps-là, nous sommes toujours en train d’essayer de comprendre quelles sont les questions. Pensons-nous bibliquement au sujet des crises actuelles ? Nous posons-nous la question de savoir comment les besoins d’aujourd’hui et les défis de demain devraient façonner notre mission ? Ou sommes-nous simplement focalisés sur le bien-être de notre église locale ?

Local & plus loin

Car d’une manière générale, nous éduquons nos dirigeants évangéliques à penser local, au détriment de la vue d’ensemble : être dirigeant chrétien signifie être pasteur d’une église locale. C’est cet objectif que poursuivent nos institutions en éduquant nos dirigeants, avec quelques exceptions. Où sont les programmes d’éducation équipant les dirigeants potentiels pour un action en politique, dans l’économie et dans toutes les autres sphères de la vie ?

Eglise & Royaume

C’est un véritable choc psychologique lorsque nous réalisons pour la première fois que Jésus n’a pratiquement rien dit au sujet de l’église durant son ministère. Nous ne trouvons que deux versets dans tous les évangiles où il mentionne le mot ‘église’ : Matthieu 16:18 et 18:17 ! Evidemment, il aime l’église ; elle est son épouse. Mais c’était le Royaume de Dieu qui était central à son ministère, alors que nous lisons plus de 100 versets dans l’évangile. Et le Royaume de Dieu, c’est là où sa volonté est faite, Il veut que sa volonté soit faite sur terre, en Europe, dans chaque sphère de la vie.

National & Europe

Mais l’Europe n’a pratiquement pas été la préoccupation des évangéliques, au contraire des catholiques qui ont intégré des concepts bibliques dans la pensée de l’Union européenne, malgré l’influence humaniste générale. Mais où est notre vision pour l’Europe ? Sans une vision, le peuple périt. Est-ce là la raison pour laquelle tant d’églises périssent ?

Comment tout ce que j’ai dit a été reçu ? Et bien, comme vous le voyez, j’ai survécu pour vous écrire une autre pensée de la semaine.

Jeff Fountain

Directeur du Centre Schuman

Pour plus d’articles de Jeff Fountain, visitez www.weeklyword.eu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top